Etude de l’impact de la RN250 sur la qualité de l’air dans le secteur de La Teste-de-Buch (33) - du 6/02/2019 au 11/03/2019

Partager :
Rapports / Synthèses d'étude
13 mai 2019

Dans le cadre du projet d’aménagement routier sur la RN250 à l’entrée de La Teste-de-Buch, Atmo Nouvelle-Aquitaine a été sollicité par la DREAL pour réaliser des mesures de NO2 et particules PM10 à l’état initial (avant les travaux). Les mesures ont eu lieu du 6/02/19 au 11/03/19.
Deux types de mesures ont été réalisées : des mesures en continu de NO2 et PM10 avec des analyseurs automatiques sur un site de la plaine des sports de Bonneval, en bordure de la RN250 et des mesures passives de NO2 sur 8 sites autour de la RN250 à La Teste-de-Buch et Gujan-Mestras.

Les principaux résultats de la campagne de mesures à l’état initial sont les suivants :

  • La valeur limite pour le NO2 (qui est 200 μg/m3 en moyenne horaire) n’a jamais été dépassée pendant la période de mesure.
  • La valeur limite pour les PM10 (qui est de 50 μg/m3 en moyenne journalière) n’a jamais été dépassée pendant la période de mesure.
  • Les concentrations en NO2 sont du même ordre de grandeur que celles observées sur le site de Talence (fond urbain de Bordeaux). Elles sont inférieures aux concentrations observées sur le site de Gautier (site trafic de Bordeaux) et supérieures à celle du Temple (fond rural).
  • Les concentrations en PM10 sont du même ordre de grandeur que celles observées sur les sites de Talence (fond urbain) et Gautier (trafic). A noter que les valeurs sont peu représentatives pour les PM10, en effet suite à un problème technique, le taux de fonctionnement de l’analyseur n’a été que de 37% sur cette étude, soit 13 jours.
  • Même si les concentrations en NO2 et PM10 sont peu élevées pour un site proche d’une voie de circulation, l’impact du trafic routier est visible sur ces deux polluants pendant la période de mesure. Notamment sur les profils journaliers où les trajets domicile-travail ont un impact visible sur les concentrations de polluants le matin et en fin d’après-midi.
  • Les concentrations en PM10 sont également influencées en fin d’après-midi par le chauffage résidentiel.
  • Enfin, la direction des vents forts a un impact non négligeable sur les concentrations en NO2 dans cette zone.