Pesticides

header_pesticides.png
Partager :

Le terme « pesticide » désigne les substances utilisées dans la lutte contre les organismes jugés indésirables par l'homme (plantes, champignons, bactéries, …). Il est souvent employé dans le cadre des usages agricoles, mais il englobe également les usages non agricoles (entretien des voiries, des espaces verts, jardins des particuliers…).
L’utilisation des pesticides peut être à l'origine d'expositions multiples telles que celles, par inhalation ou par contact cutané ou suite à l’ingestion d’aliments contaminés.

Les pesticides peuvent être présents dans l’air par volatilisation à partir du sol ou des plantes, par érosion éolienne et par dérive lors de l’épandage. Pendant l’épandage, en fonction des conditions météorologiques et des modes d’applications, de 25% à 75% des pesticides ne se déposent pas sur les aires traitées

On retrouve parmi eux des produits destinés à lutter contre :

  • les herbes indésirables (herbicides),
  • les insectes ravageurs (insecticides),
  • les maladies dues à des champignons, des bactéries ou des virus (fongicides).

Ils sont émis essentiellement par le secteur agricole mais aussi par les collectivités pour le traitement des parcs et jardins, et par les particuliers pour chasser les insectes et pucerons… 

Une surveillance accrue malgré l'absence de réglementation dans l'air

Quel constat pour les pesticides en Nouvelle-Aquitaine ?

Impact sanitaire et environnemental des pesticides 

Comment effectuer un signalement ?

Une surveillance accrue malgré l’absence de réglementation dans l’air

En France, du fait d’une prise de conscience récente de la pollution de l’air par les pesticides, de l’absence de normes dans l’air de la diversité des molécules actives utilisées, mais aussi des difficultés techniques rencontrées, il n'existe pas aujourd’hui de réglementation spécifique relative à la contamination de l’air par les pesticides. L'exposition aux pesticides présents dans l’air ambiant des populations agricoles, riverains de zones agricoles ou de la population générale, reste difficile à estimer. 

Pour autant, depuis plus de 15 ans, Atmo Nouvelle-Aquitaine collecte en différents points du territoire des données sur les concentrations en pesticides dans l’air.  Cette surveillance permet à l’observatoire de développer une stratégie d’échantillonnage (saison, pratiques, produits, etc) pour cibler les bons paramètres et caractériser au mieux les niveaux d’exposition. Cela permet également de suivre les évolutions dans le temps et ainsi de mesurer l’impact de politiques publiques (retrait et interdiction de substance, baisse d’utilisation) grâce au caractère « quasi-immédiat » des résultats observés dans l’air. 

Pour avancer dans l'évaluation de la contamination de l'air, l'Anses a publié (19/10/2017) les résultats de travaux d'expertise collective visant à proposer les modalités de mise en œuvre d’une surveillance nationale des pesticides dans l'air ambiant en France métropolitaine et dans les départements et régions d'outre-mer (DROM). Fondée sur une liste de 90 substances prioritaires, cette surveillance nationale doit permettre d'évaluer l'exposition chronique de la population générale et les risques sanitaires associés. L’Agence recommande en complément de mettre en place des campagnes de mesures ponctuelles visant à évaluer l'exposition de populations vivant à proximité des sources d'émissions de pesticides, notamment les riverains de zones agricoles.

 

Le mot « pesticide » vient de l'anglais, sur le modèle de nombreux mots se terminant par le suffixe -cide (« tuer » en latin), et sur la base du mot anglais pest (animal, insecte ou plante nuisible), lequel provient du latin pestis qui signifie « maladie contagieuse, épidémie, peste ».

 

Quel constat pour les pesticides en Nouvelle-Aquitaine ?

Les diverses études menées en Nouvelle-Aquitaine ont permis de relever plusieurs constats :

1. Une contamination présente toute l’année : même si les niveaux les plus élevés sont relevés en période d’épandage soit du printemps à l'automne (contamination aigüe), on retrouve également des pesticides dans l’air tout au long de l’année (contamination chronique).

2. Des molécules mesurées en ville et en zone rurale ; Les pesticides sont présents dans l’air des campagnes en lien avec les usages agricoles, mais on retrouve ces mêmes molécules au centre des villes à des périodes similaires dans l’année ; on observe bien un transfert des molécules depuis les zones de traitements agricole vers les zones urbaines, où se concentre la population ; les concentrations sont cependant sensiblement inférieures dans les villes.,

3. Des pesticides interdits toujours détectés dans l’air : malgré leur interdiction, certains pesticides persistent dans l’environnement des années après leur interdiction, c'est le cas par exemple du lindane qui a une très forte persistance environnementale.

Retrouvez la synthèse 2016 des pesticides en Nouvelle-Aquitaine ici.

Impact sanitaire et environnemental  des pesticides  

Effets sur la santé

De nombreux pesticides sont des perturbateurs endocriniens. Leur toxicité, ne se limite pas aux seules espèces que l’on souhaite éliminer. Ils sont notamment toxiques pour l’homme et leurs effets sur l'environnement sont nombreux. Les substances et/ou les molécules issues de leur dégradation sont susceptibles de se retrouver dans l’air, le sol, les eaux, les sédiments… ainsi que dans les aliments. Elles présentent, par leur migration entre ces compartiments de l’environnement, des dangers plus ou moins importants pour l’homme et les écosystèmes, avec un impact à court ou à long terme.

L'intoxication aiguë : liée à une très forte exposition sur un temps court, elle peut provoquer empoisonnements, risques cutanés ou oculaires.

L'intoxication chronique : liée à une plus faible exposition sur un temps plus long, elle peut provoquer de nombreuses maladies comme de l’asthme, des diabètes, des cancers, de l’infertilité, des malformations ou encore des troubles neurologiques (Alzheimer, Parkinson, autisme). 

Effets sur l’environnement

Les pesticides sont un facteur majeur d’incidence sur la diversité biologique, de même que la perte d’habitat et le changement climatique. En effet, les conséquences de l’utilisation des pesticides se caractérisent tout d’abord à court terme par une intoxication directe ou indirecte des organismes, une réduction de l’offre de nourriture (insectes, graines d’adventices), des effets non mortels sur la reproduction et le comportement… Ils peuvent être ainsi à l’origine de déséquilibres sur les écosystèmes en affectant par exemple :

  • les populations d’abeilles : 3 néonicotinoïdes (insecticides neurotoxiques) ont été suspendus par la Commission européenne en 2013 ;
  • les insectes auxiliaires (dont les prédateurs de certains nuisibles) ;
  • les rongeurs ;
  • les oiseaux ;
  • les poissons…

Comment effectuer un signalement ?

Si vous souhaitez signaler un évènement de santé lié à l'utilisation de produits phytosanitaires, voici les organismes vers lesquels vous tourner :

ARS  (agence régionale de santé) : Plateforme Phytoplainte. Elle est destinée à la population générale ou à ses représentants et prend en compte les expositions potentielles liées à des produits phytopharmaceutiques (protection des plantes) ou à des produits biocides (protection des populations). 

L'objectif de la plateforme : standardiser et centraliser le recueil des signalements et/ou des plaintes liés aux épandages de pesticides, décrire les signalements et/ou les plaintes, en termes de fréquence, d’exposition et de symptômes associés, afin d’évaluer l’ampleur du phénomène sur la région Nouvelle Aquitaine ; assurer une prise en charge et un suivi coordonnés avec les acteurs compétents en termes de mesures de prévention et de contrôle, d’investigations et d’évaluation des risques sanitaires.

Contact : POINT FOCAL ARS : 0809 400 04 - ars33-alerte@ars.santé.fr 

Ministère des Affaires sociales et de la Santé : portail de signalement des événements sanitaires indésirables.  Vous pouvez participer à l’amélioration de la qualité et la sécurité des produits de santé, des produits de la vie courante et des actes de soins. Votre rôle est complémentaire à celui des professionnels de santé;. Grâce à vos signalements, les autorités sanitaires peuvent :

  • identifier de nouveaux risques et mieux connaître ceux déjà identifiés
  • mettre en oeuvre des mesures pour prévenir ou limiter ces risques sanitaires, par la diffusion de mises en garde ou le retrait du marché de certains produits.

Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire, alimentation, environnement, travail) propose une interface pour signaler un effet indésirable sur la santé humaine lié à l’utilisation de produits pharmaceutiques.