Rapport d'activité 2018 d'Atmo Nouvelle-Aquitaine

Partager :
Bilan
11 juin 2019

Les faits marquants de l’activité d’Atmo Nouvelle-Aquitaine en 2018 (extrait de l'éditorial de G. Bacles, Président d'Atmo Nouvelle-Aquitaine)

Améliorer l’organisation d’Atmo Nouvelle-Aquitaine 

  • Un Comité Social et Economique (CSE) composé de l’employeur et d’une délégation du personnel a été mis en place. Suite à la fusion des trois anciennes associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA), le CSE a signé en décembre 2018, un accord cadre qui est appliqué depuis le 1er janvier 2019. Ce nouvel accord nous prépare au changement de convention collective induit par les ordonnances de septembre 2017 et précise l’organisation de l’équipe d’Atmo Nouvelle-Aquitaine,
  • Compte tenu de l’activité importante induite par la loi de la transition énergétique, nous avons renforcé notre équipe dans le domaine des études, de la modélisation et de la mesure de la qualité de l’air intérieur.

Informer sur la qualité de l’air 

  • Sous l’impulsion de la directive européenne Inspire, et grâce à une coordination de tous les observatoires régionaux de l’air, Atmo Nouvelle-Aquitaine a contribué à rendre possible l’interopérabilité des données diffusées en open data par l’ensemble des AASQA. Ainsi désormais, toute personne souhaitant connaître, dans le détail, les concentrations de tels ou tels polluants peut y avoir accès.

Aider les membres d’Atmo Nouvelle-Aquitaine 

  • La transition énergétique et écologique, fondamentale pour la survie de l’espèce humaine et la biodiversité, doit bien sûr être pilotée par le ministère de la transition de l’écologie et solidaire et la commission européenne, mais aussi et surtout par les collectivités au plus près du citoyen. Ainsi en 2018, nous avons accompagné de nombreux territoires dans leurs plans climat-air-énergie territoriaux (PCAET), grâce à l’exploitation de nos données de qualité de l’air et en particulier celles des émissions polluantes. Atmo Nouvelle-Aquitaine a ainsi élaboré près de 50 des 80 PCAET prévus dans la région. Ces études fournissent un diagnostic aux élus, leur permettant de lutter contre la pollution actuelle et future et de mettre en place des indicateurs de suivi. Nous collaborons également à l’étude du changement climatique en étant un des opérateurs techniques de l’observatoire régional énergie gaz à effet de serre, piloté par l’AREC,
  • Dans le domaine de la surveillance des pesticides, substances non réglementées par l’arrêté du 19 avril 2017, nous avons mis notre longue expérience au service de l’ANSES. Ainsi en juin 2018, une campagne nationale de mesure des pesticides a débuté en Nouvelle-Aquitaine et ailleurs en France en collaboration avec les autres AASQA. En complément, nous pilotons trois actions du plan régional santé environnement (PRSE), relatives notamment au déploiement de la surveillance des pesticides dans l’air ambiant et intérieur et à la mise en place d’une stratégie de réduction des expositions à ces produits,
  • En 2018, nous avons commencé à ajuster notre réseau de mesure de la qualité de l’air sur la région, auquel sont associés nos outils de modélisation et de cartographie, pour permettre de connaître la qualité de l’air sur l’ensemble du territoire,
  • Nous avons aussi mené de nombreuses études autour de points sensibles.

Mettre en place les comités territoriaux 

  • Compte tenu de la grande superficie de la région Nouvelle-Aquitaine (84 000 km2), nous avons mis en place trois comités territoriaux, présidés par :
    - Mme Thébaud pour le Sud-Atlantique ;
    - Mme Desveaux pour le Poitou-Charentes ;
    - M. Voisin pour le Limousin-Dordogne.
    L’objectif de ces comités est d’être force de proposition, d’initiative, d’évaluation des actions pour leur territoire. A ce titre, les comités identifient les besoins spécifiques de leur territoire et s’assurent de leur prise en considération dans les programmes régionaux.