Pôle de Bordeaux d’Atmo Nouvelle-Aquitaine : Evaluation de la qualité de l’air intérieur avant/après travaux

Retour à la liste des publications
Partager :
Rapports / Synthèses d'étude
21 septembre 2021

Atmo Nouvelle-Aquitaine a réalisé des mesures de BTEX (Benzène, Toluène, Ethylbenzène et Xylènes) et de formaldéhyde, à l’occasion de travaux de rénovation mis en oeuvre sur son pôle situé à Mérignac entre le printemps et l’hiver 2019. Deux campagnes de mesure ont été réalisées dans deux bureaux à l’intérieur du bâtiment et également à l’extérieur. La première campagne « avant travaux » a eu lieu en février-mars 2019 et la seconde « après travaux » en février 2021. L’objectif est d’évaluer l’impact de ces travaux sur la qualité de l’air intérieur. Les principaux résultats sont les suivants :

Pour les BTEX en air ambiant

  • A titre indicatif, la valeur limite pour le benzène de 5 μg/m3 ainsi que l’objectif de qualité de 2 μg/m3 ont été respectés pendant les deux phases, avant et après les travaux.
  • Les concentrations en benzène et toluène ont notablement diminué entre la phase avant et la phase après la rénovation. Ceci s’explique par une baisse de trafic entre les deux années, liée au contexte sanitaire engendré par la pandémie de COVID-19 (télétravail recommandé). Pour les autres BTEX, les concentrations ont légèrement diminué entre 2019 et 2021.
  • En comparant les concentrations mesurées à l’extérieur du pôle avec celles mesurées sur les stations fixes d’Atmo Nouvelle-Aquitaine, il apparait que, pour le benzène, la concentration mesurée avant les travaux faisait partie des 25% des valeurs les plus élevées relevées par l’observatoire. Après les travaux, la concentration fait partie des 25% des valeurs les plus faibles mesurées sur les stations fixes. Pour les autres BTEX, les concentrations mesurées avant et après la rénovation sont proches ou font partie des 25% des valeurs les plus faibles enregistrées sur les stations fixes d’Atmo Nouvelle-Aquitaine.

Pour les BTEX en air intérieur

  • A titre indicatif, les concentrations en benzène mesurées à l’intérieur du bâtiment sont inférieures à la VGAI court terme (30 μg/m3) et à la valeur d’action rapide (10 μg/m3), pour les deux phases. Avant les travaux, les concentrations mesurées dans les bureaux étaient légèrement supérieures à la VGAI annuelle qui est de 2 μg/m3.
  • Après les travaux, la concentration a diminué dans les deux bureaux investigués et respecte cette dernière. Cela s’explique par l’installation d’un système de ventilation dans les bureaux qui permet un meilleur renouvellement d’air.
  • En comparant les concentrations des bureaux du pôle avec celles mesurées lors de diverses études menées par Atmo Nouvelle-Aquitaine, il apparait que, pour le benzène et le toluène, les concentrations mesurées avant la rénovation étaient proches ou faisaient partie des 25% des valeurs les plus élevées relevées par l’observatoire. Après les travaux, ces concentrations font partie des 25% des valeurs les plus faibles enregistrées. Pour les autres BTEX, les concentrations mesurées avant et après les travaux font partie des 50% des valeurs les plus faibles relevées par l’observatoire.

Pour le formaldéhyde en air intérieur

  • A titre indicatif, la valeur d’action rapide de 100 μg/m3 ainsi que la VGAI annuelle de 30 μg/m3 ont été respectées pendant les deux phases, avant et après les travaux.
  • Les concentrations en formaldéhydes mesurées après les travaux sont inférieures à celles mesurées avant. Cela s’explique par l’installation d’un système de ventilation dans les bureaux qui permet un meilleur renouvellement d’air.
  • En comparant les concentrations mesurées dans les bureaux du pôle de Mérignac avec celles mesurées lors de diverses études en air intérieur menées par Atmo Nouvelle-Aquitaine, il apparait que celles-ci, qui faisaient partie de 50% des valeurs les plus faibles relevées par l’observatoire avant les travaux, sont comptées parmi les 25% des valeurs les plus faibles, après la rénovation.