Plan de surveillance : Alvéol – installation de stockage de déchets non dangereux - Peyrat-de-Bellac (87) - du 27 mars au 24 avril 2019

Partager :
Rapports / Synthèses d'étude
12 novembre 2019

Dans le cadre de ses obligations réglementaires de surveillance de la qualité de l’air, le SYDED 87 – Syndicat Départemental pour l’Elimination des Déchets ménagers et assimilés – a confié à Atmo Nouvelle-Aquitaine la gestion et l’application de son plan de surveillance annuel autour du site d’Alvéol – installation de stockage de déchets non dangereux de Peyrat-de-Bellac – depuis 2011.

La campagne de mesure a été réalisée du 27 mars au 24 avril 2019 pour la plupart des polluants suivis. Les métaux lourds eux ont été mesurés du 25 avril au 23 mai 2019 à la suite d’un problème technique pendant la période de mesure initiale.

Sulfure d’hydrogène H2S

Les concentrations mesurées par tubes passifs sont, sur l’ensemble des sites, inférieures au seuil de quantification et cohérentes avec les données enregistrées en temps réel par l’analyseur automatique.
Confrontés aux valeurs toxicologiques de référence (VTR), les résultats révèlent des concentrations mesurées en situation d'expositions subchronique (15 jours à un an) et aiguë (quelques heures) inférieures aux VTR les plus strictes. Les concentrations sont également inférieures à la valeur guide de l'OMS caractérisant la gêne olfactive. Aucun pic d’H2S n’a été enregistré pendant la période de mesure, contrairement à l’année dernière.

Ammoniac NH3 et amines totales

Les teneurs mensuelles de NH3 observées au cours de cette campagne 2019 sont du même ordre de grandeur que celles observées depuis le démarrage de la surveillance d'Alvéol en 2011. Elles sont bien inférieures à la valeur toxicologique de référence la plus contraignante fixée à 70 μg/m³. Quant aux amines totales, leurs teneurs sont faibles voire non quantifiables.

COV : Mercaptans et autres composés soufrés

Les analyses 2019 sont cohérentes avec celles des années précédentes, seuls les mercaptans Disulfure de carbone et le Diméthyl sulfide ont été quantifiés. Les concentrations restent très proches de la limite de quantification (0,01 μg/m3). Les autres composés soufrés sont potentiellement présents mais les teneurs sont inférieures aux seuils de quantification.

COV : BTEX

Les concentrations moyennes relevées au cours de cette campagne de mesure sont du même ordre de grandeur que celles relevées au cours des campagnes précédentes. À titre d'indication, les concentrations mensuelles relevées cette année sont du même ordre de grandeur que les concentrations annuelles relevées par le réseau de surveillance fixe d’Atmo sur d’autres sites de Nouvelle-Aquitaine.

Autres COV

L’acide acétique est la molécule la plus présente chaque année dans les échantillons. Aucune réglementation ni de valeurs toxicologiques de référence ne sont établies pour ce composé volatil. Douze « Autres COV » ont été détectés cette année contre 10 l’année dernière.

Métaux lourds

Les teneurs en métaux lourds, issues de l’analyse des prélèvements actifs à bas débit effectués sur filtre, sont très faibles et proches ou inférieures à la limite de quantification analytique pour les quatre semaines de mesure. Les valeurs cibles en moyenne annuelle établies pour quatre des métaux lourds recherchés ici et présentées à titre d’information sont largement respectées.

Particules fines PM10

Les teneurs journalières présentent des niveaux proches des autres sites de mesures non exposés à Alvéol sur toute la durée de la campagne, et sont bien en dessous des seuils réglementaires. Par ailleurs, les mesures effectuées sur la même période au niveau des trois stations fixes d’Atmo Nouvelle-Aquitaine les plus proches de la zone d’étude montrent une bonne corrélation des concentrations entre les quatre stations et ainsi excluent un potentiel impact du centre de stockage.