Partager :

Les activités industrielles émettent de nombreux composés dans l’atmosphère. Parmi ces composés, les Composés Organiques Volatils (COV) ont une place importante du fait de leur multitude et de leur impact sanitaire. Cette semaine, une nouvelle étude demandée par la DREAL, commence sur le bassin de Lacq pour la mesure de ces composés.

Pourquoi une seconde étude ?

Laboratoire mobile de surveillance de la qualité de l'air

Entre août 2020 et janvier 2022, un spectromètre de masse par réaction de transfert de proton (PTR-MS), permettant la mesure en continu d’une large gamme de COV avec une haute précision, a été déployé sur 5 sites du bassin de Lacq (rapport à venir d'ici fin 2022) . Cette nouvelle étude permettra de compléter la précédente afin de mieux connaître les émissions du bassin de Lacq et notamment des plateformes industrielles Chem’pôle 64 de Mourenx et Induslacq. Elle permettra la mesure très fine et la plus complète possible des COV et notamment les COV odorants et pouvant avoir un impact sanitaire.

Comment se déroulera cette étude ?

Les mesures seront effectuées sur 2 sites successifs dans les communes de Mourenx et Lacq au plus proche des plateformes industrielles. Le PTR-MS restera 6 mois dans le bassin de Lacq. La mesure sera réalisée en continu 24h/24 et 7J/7.

Qu’est-ce que le PTR-MS ?

Habituellement utilisé en laboratoire et lors de campagnes ponctuelles, et encore très peu déployé en continu à l’échelle du réseau national des AASQA, le PTR-MS (spectromètre de masse par réaction de transfert de proton) permet la mesure des gaz à l’état de traces présents dans l’air. Ces gaz sont ionisés par transfert de proton et détectés par spectrométrie de masse. Cette technique permet la mesure de nombreux composés à de très faibles concentrations et sur des temps de mesure très courts.