Surveillance de la qualité de l’air - Unité de Valorisation Énergétique de Poitiers (86) - juin – septembre 2018

Partager :
Rapports / Synthèses d'étude
25 janvier 2019

L'Unité de Valorisation Énergétique (UVE) de Poitiers (Vienne) mise en service en 1984 et située au Nord-Est de la ville est tenue, par l’arrêté préfectoral 2004-D2/B3-197 du 2 août 2004, de surveiller l’impact de l’installation sur l’environnement. Ce programme concerne au moins les dioxines et les métaux :

Article 30 : Surveillance de l'impact sur l'environnement au voisinage de l'installation L'exploitant met en place, sous sa responsabilité et à ses frais, un programme de surveillance de l'impact de l'installation sur l'environnement. Ce programme concerne au moins les dioxines et les métaux. Il prévoit notamment la détermination de la concentration de ces polluants dans l'environnement, selon une fréquence au moins annuelle. Les mesures sont réalisées en des lieux où l'impact de l'installation est supposé être le plus important. Les analyses sont réalisées par des laboratoires compétents, français ou étrangers, choisis par l'exploitant.

Atmo Nouvelle-Aquitaine, l’observatoire de surveillance de la qualité de l’air sur la région Nouvelle-Aquitaine, est en charge depuis 2006 de la surveillance de la qualité de l’air aux abords de l’Unité de Valorisation Énergétique (UVE) de Poitiers pour le compte de la Communauté d’Agglomération du Grand Poitiers.

La campagne de 2018 s’inscrit dans la continuité des précédentes avec la surveillance des polluants suivants :

Dioxines et furannes :

  • Dans l’air ambiant : cette matrice représente les concentrations auxquelles l’être humain est soumis par l'air ambiant, que ce soit sous forme gazeuse ou particulaire ;

  • Dans les retombées atmosphériques : cette matrice représente la pollution qui tombe au sol sous forme particulaire, et qui peut par la suite contaminer la chaîne alimentaire ;

  • Dans les légumes (betteraves) : la contamination des végétaux se fait soit au niveau des parties aériennes, soit au niveau des parties racinaires, dans les deux cas, les dioxines se fixent dans la couche cireuse qui recouvre les végétaux mais semblent peu migrer à l'intérieur ;

  • Dans le lait de vache : le lait de vache représente une étape avancée de contamination par les dioxines dans la chaîne alimentaire.

Métaux lourds dans l’air ambiant.

Le présent document dresse un bilan des concentrations des polluants cités précédemment dans les différentes matrices de prélèvement pour l’année 2018.