Suivi des odeurs autour de la plateforme Induslacq (Pyrénées-Atlantiques, 64) - Année 2019

Partager :
Rapports / Synthèses d'étude
11 juin 2020

Dans le cadre de la survenue d’odeurs inhabituelles et irritantes à l’été 2015, un observatoire des odeurs autour de la plateforme industrielle Induslacq a été mis en place fin 2016.

La particularité de cet observatoire est qu’il est composé de nez riverains et de nez industriels. Ces observateurs contribuent à apporter de l’information dans le but d’améliorer le paysage olfactif du bassin de Lacq en faisant remonter très régulièrement des signalements d’odeurs et/ou de nuisances autour de la plateforme.

14 nez riverains et 13 nez industriels se sont impliqués dans cette démarche pour l’année 2019 en utilisant l’outil ODO pro pour remonter des signalements d’odeurs. Il est ressorti de l’année 2019, une charge odorante significative, principalement impactée par des notes soufrées et pyrogénées, comme les autres années.

Néanmoins, l’année 2019 a été l’occasion d’intégrer les signalements des riverains non formés à la reconnaissance des odeurs, grâce notamment à la mise en place d’ODO public en novembre 2018. Ces signalements, très importants, viennent étoffer les signalements précis effectués par les nez.

Si la charge odorante est toujours importante, il convient de noter que du côté des industriels des actions afin de comprendre et réduire ces nuisances olfactives ont été mises en place ou sont toujours en cours, dont notamment :

  • la recherche d’une note odorante, appelée « note cible » en faisant appel aux experts d’Osmanthe

  • la recherche de fuite de THT notamment au 3ème trimestre de l’année avec une poursuite des recherches début 2020

  • la recherche des sources d’H2S sur la plateforme

Il est important de noter que le travail des nez repose en très grande partie sur leur motivation, leur disponibilité mais également sur les consignes données (pour les nez industriels). L’observatoire des odeurs reposant sur leur implication, il est important de mettre en avant la baisse régulière du nombre de nez participant activement à faire remonter des signalements d’odeurs auprès des industriels. En effet, après deux formations en 2016 et en 2018, 59 personnes ont été formées à la reconnaissance d’odeurs. Au 31/12/2019, il ne reste plus que 12 nez riverains et 13 nez industriels ayant indiqué vouloir contribuer à l’observatoire des odeurs (par leurs signalements sur ODO pro ou par intérêt).

Les signalements précis fournis par les nez permettent aux industriels de :

  • disposer d’un état de lieux, année après année, de l’impact de la plateforme industrielle sur l’environnement olfactif des riverains notamment

  • permettre de travailler hebdomadairement sur la recherche des causes possibles de ces signalements

Tout naturellement, le dispositif est reconduit pour l’année 2020, tout en essayant de se concentrer sur les sources majeures de ces nuisances et sur les techniques disponibles pour les réduire mais aussi sur la remobilisation de l’ensemble des nez. En effet, sans eux, le dispositif ne pourrait perdurer.