PCAET Communauté Urbaine Grand Poitiers (86) - Diagnostic qualité de l’air

Partager :
Rapports / Synthèses d'étude
19 septembre 2022

Le Plan Climat Énergie Territorial (PCET), réel document-cadre de la politique énergétique et climatique de la collectivité, doit être révisé tous les six ans. Depuis le 1er janvier 2017, l’EPCI compétent est la Communauté Urbaine de Grand Poitiers (EPCI passé de 13 à 40 communes, issu de la fusion de cinq anciens EPCI)

La Communauté Urbaine de Poitiers est une zone attractive tant sur le plan agricole qu’urbain. En effet de nombreux secteurs d’activités sont présents sur le territoire. Ce document présente différents thèmes relatifs à l’analyse et la surveillance de la qualité de l’air. Les sujets abordés seront : l’analyse des relevés aux stations ; l’étude des épisodes de pollution ; les émissions du territoire ; la modélisation de la qualité de l’air sur le territoire et pour finir la présentation des différents travaux sur les polluants non règlementés (particules, pesticides, pollens).

Trois stations de mesure de la qualité de l’air sont présentes actuellement sur le territoire du Grand Poitiers ; Poitiers – Le Nain (Trafic), Poitiers centre et Poitiers - Couronneries (toutes deux de typologie Urbaines – Fond).

  • En 2020 et 2021, pour le dioxyde d’azote seule la recommandation OMS (2021) en moyenne annuelle n’a pas été respectée pour les stations Poitiers – Centre et Poitiers – Le Nain. Les seuils réglementaires et recommandations OMS du maximum horaire n’ont pas été dépassés pour les deux années et sur l’ensemble des stations. Depuis 2014, l’ensemble des stations respecte les valeurs limite et recommandations OMS annuelles de NO2. Une tendance globale à la baisse des concentrations en dioxyde d’azote est constatée sur les stations, et quelle que soit leur typologie. Ainsi, en moyenne, les concentrations ont baissé de 35 % entre 2012 et 2021 sur l’agglomération Poitevine.

  • En 2020 et 2021, la recommandation OMS (2021) sur la moyenne annuelle des PM10 n’a pas été respectée sur la station Poitiers – Le Nain. Elle a même dépassé la recommandation OMS (2005) en 2020. Depuis 2012, l’ensemble des stations respecte la valeur limite et l’objectif de qualité annuels des moyennes annuelles des PM10. À noter également que depuis 2012, les stations urbaines de fond respectent la recommandation OMS annuelle. Une tendance globale à la baisse des concentrations en particules en suspension est constatée sur les stations, quelle que soit leur typologie. Ainsi, en moyenne, les concentrations ont baissé de 23 % entre 2012 et 2021 sur l’agglomération Poitevine.

  • La station Poitiers centre est la seule station sur la CU du Grand Poitiers mesurant les PM2,5. Ce sont les recommandations OMS des moyennes annuelles (2005 et 2021) qui sont dépassées. Le nombre de dépassement de la moyenne journalière a été calculé en fonction de la règlementation OMS en vigueur par année. À noter qu’avant la modification des recommandations OMS en 2021, les stations urbaines de fond respectaient les recommandation OMS en moyenne annuelles depuis 2018. C’est donc depuis 2021 avec la modification de des seuils que la station ne respecte plus les valeurs de recommandations OMS. Une tendance globale à la baisse des concentrations en particules en fines est constatée sur les stations. Ainsi, en moyenne, les concentrations ont baissé de 38 % entre 2012 et 2021 sur l’agglomération Poitevine.

  • En 2020 et 2021, la valeur cible du nombre de jours en dépassement de l’ozone a été respectée pour les deux stations avec moins de 25 jours de dépassements. L’AOT est une règlementation sur l’exposition de la végétation à l’ozone. La valeur cible est dépassée pour la station Poitiers - Couronneries contrairement à l’objectif de qualité qui lui est largement en dessous. L’ozone est un polluant qui voit ses concentrations, années après années, relativement stables même si l’on peut noter une augmentation notable sur le département mais aussi à l’échelle de la région, des concentrations notamment en 2018 du fait d’un ensoleillement important.

Il a pu être recensé en 2021, 2 épisodes de pollution et 2 procédures préfectorales durant l’année 2021 pour le département de la Vienne.

Les émissions de polluants de l’agglomération représentent entre 24 à 42% des émissions départementales, selon le polluant visé. Ces émissions ont un impact non négligeable sur la qualité de l’air du territoire.

Le territoire du Grand Poitiers représente ainsi :

  • 42% des émissions départementales d’oxydes d’azote (NOx)
    • Principaux secteurs émetteurs : transport routier, industrie, résidentiel et tertiaire
    • Actions prioritaires à mettre en place sur : véhicules diesel, engins et chaudières industriels
  • 28% des émissions départementales de particules fines (PM2,5) et 24% des émissions de particules en suspension (PM10)
    • Principaux secteurs émetteurs : résidentiel, transport routier, industrie et agriculture
    • Actions prioritaires à mettre en place sur : chauffage et chaudières bois, véhicules diesel, engins agricoles et travail du sol
  • 37% des émissions départementales de COVNM
    • Principaux secteurs émetteurs : résidentiel et industrie
    • Actions prioritaires à mettre en place sur : utilisation industrielle et domestique de solvants et de peintures, chauffage et chaudières bois, véhicules essence
  • 34% des émissions départementales de dioxyde de soufre (SO2)
    • Principaux secteurs émetteurs : résidentiel et tertiaire
    • Actions prioritaires à mettre en place sur : utilisation de fioul domestique et chauffage au bois
  • 15% des émissions départementales d’ammoniac (NH3)
    • Principal secteur émetteur : agricole
    • Actions prioritaires à mettre en place sur : culture avec engrais

La modélisation permet de produire des cartographies annuelles de la qualité de l’air pour les polluants à enjeux comme le NO2, les PM10, les PM2,5 et l’O3. Ces cartes sont comparées aux seuils réglementaires en vigueur et des cartes de dépassement de ces seuils en termes de population et de surface sont également réalisées. Le tableau suivant présente les résultats des dépassements de valeurs seuils en fonction des polluants pour l’année 2021 : NB : les valeur limites, cibles et objectifs de qualité changent en fonction du polluant.

Polluants Valeur limite Valeur cible Objectif de qualité
NO2 Ø    
PM10 Ø Ø  
PM2,5 Ø Ø 5 km² surfaces exposées 4 726 habitants exposés

Tableau synthétique des dépassements calculés par modélisation en 2021 sur Grand Poitiers

L’étude des particules sur Poitiers a montré qu’en moyenne, en 2021, la matière organique représente 48 % des PM1 sur Grand Poitiers. Les sulfates représentent 13 %, les nitrates 14 %, l’ammonium 10 %, le Black Carbon 13 % et enfin le chlore ne représente pas plus de 0,5 % des PM1.
Depuis fin décembre 2021, les particules ultra fines sont mesurées à Poitiers. Ces particules peuvent pénétrer profondément dans le système respiratoire et atteindre les bronchioles et alvéoles pulmonaires (notamment pour les particules inférieures à 0,1 μm de diamètre), tandis que les particules de taille plus importante sont arrêtées par les voies respiratoires supérieures.

Pour les pesticides, les concentrations en herbicides sont restées stables en 2021 par rapport à l’année 2020 et sont du même ordre de grandeur que les concentrations observées en 2018. Il en est de même pour les fongicides, les années 2020 et 2021 étant les 2 années dont les concentrations en fongicides sont les plus basses depuis presque 20 ans.
La molécule présentant les plus fortes concentrations quasiment chaque année est le prosulfocarbe, un herbicide utilisé principalement sur céréales d’hiver.

Les pollens ne sont pas les mêmes en fonction de la période de l’année. C’est au mois de mars que l’on constate à Poitiers le premier et le plus important pic de l’année. Il correspond au pollen des Cyprès. Il est présent jusqu’à la mi-avril. C’est aussi au mois de mars qu’on détecte les pollens d’Aulne, de Frêne et de Noisetier. Le second pic important est constaté fin avril. A cette période plusieurs pollens se retrouvent dans l’air en portion variable ; on retrouve en grande partie les pollens de Platane, de Chêne, de Frêne et de Bouleau. De la fin avril à la fin mai c’est le pollen de Chêne qui est dominant avec des index polliniques variant entre 1000 et 3500. La période estivale est impactée en majeure partie par la présence de graminées. C’est uniquement au mois de juillet qu’on observe la présence de Châtaigner. De début février à fin octobre on observe la présence de pollens d’Urticacées. Ils sont les seuls pollens présents dans l’air de la mi-août à la fin octobre.

Certaines études réalisées par Atmo Nouvelle-Aquitaine (urbaine, industrielles…) se sont déroulées sur le territoire du Grand Poitiers. L’intégralité de ces études réalisées est publiée sur son site web : https://www.atmo-nouvelleaquitaine.org/