Mesures particulaires - Maïsica, silo portuaire de Bayonne - rapport final

Partager :
Rapports / Synthèses d'étude
04 février 2019

Dans le cadre d’une démarche volontaire, le GIE Maïsica a sollicité Atmo Nouvelle-Aquitaine pour mener en 2018 une étude de l’impact de ses émissions de particules sur son environnement.
L’objectif est d’évaluer les niveaux de particules dans l’air ambiant et dans les retombées atmosphériques.
Ainsi des mesures de particules en continu ainsi que des mesures de particules totales dans les retombées atmosphériques ont été réalisées à proximité de la Maïsica du 30/03/18 au 02/05/18. Puis du 03 au 30/10/18 pendant les activités de séchage de la Maïsica.

Les principales conclusions de ces campagnes de mesures sont les suivantes :

Comparaison aux valeurs de référence

  • A titre indicatif, les concentrations moyennes en PM10 au cours des deux périodes de mesures sont inférieures à la valeur limite pour la protection de la santé humaine (qui est de 40 μg/m3 en moyenne annuelle).
  • A titre indicatif, les concentrations moyennes en PM2.5 au cours des deux périodes de mesures sont inférieures à la valeur limite pour la protection de la santé humaine (qui est de 25 μg/m3 en moyenne annuelle).

Comparaison aux stations fixes de la zone

  • Lors des deux campagnes de mesures, les concentrations en PM10 mesurées à Tarnos sont supérieures à celles mesurées sur les stations de Bayonne St Crouts (fond urbain) et de Biarritz (fond périurbain).
  • Les concentrations en PM10 mesurées à Tarnos sont du même ordre de grandeur (en avril) ou légèrement supérieures (en octobre) à celles mesurées à la station « trafic » d’Anglet.
  • Lors des deux campagnes de mesures, les concentrations en PM2.5 mesurées à Tarnos sont supérieures à celles mesurées sur la station de Biarritz (fond périurbain).

Granulométrie des particules

  • Le profil granulométrique des particules à Tarnos est proche du profil de Biarritz et très différents du profil de Talence (fond urbain). Les particules grossières y sont prépondérantes.
  • Les poussières de céréales sont des particules grossières. Ainsi, les différences observées sur les particules de diamètre supérieur à 1 μm peuvent être expliquées en partie par l’influence des émissions de la Maïsica.

Activités de la Maïsica

L’analyse des données horaires des PM10 à Tarnos, des roses de surconcentrations moyennes ainsi que des roses de pollution en cas de pics montre que :

  • Certains pics (notamment au mois d’avril) sont directement corrélés avec l’activité « chargement » de la Maïsica.
  • L’activité « séchage » semble également avoir un impact ponctuel sur les concentrations en PM10 du mois d’octobre.
  • Cependant les autres pics sont à mettre en lien avec d’autres sources locales de particules (Zone Industrialo-Portuaire, chauffage au bois résidentiel, embruns marins). Ces sources de particules ne peuvent être clairement différenciées dans cette étude.

Retombées atmosphériques

  • Lors des deux campagnes de mesures, l’impact le plus significatif des particules émises par la Maïsica est observé à l’intérieur de l’enceinte de l’industriel. L’impact décroit ensuite rapidement avec la distance.
  • L’activité « séchage », en fonctionnement normal, de la Maïsica n’a aucun impact sur les concentrations en particules dans les retombées atmosphériques au cours de cette période de mesures.