Mesures du H2S dans la zone de Lacq - Partie 1 : analyseurs automatiques - Rapport intermédiaire 2019

Partager :
Rapports / Synthèses d'étude
02 septembre 2019

Dans la zone de Lacq, les premières campagnes de mesures d’hydrogène sulfuré (H2S) ont été menées par Atmo Nouvelle-Aquitaine en hiver 2016/17 puis en été 2017. Elles ont montré des dépassements ponctuels de la Valeur Toxicologique de Référence (VTR) « inhalation aigüe » de l’OEHHA.
C’est pourquoi, depuis novembre 2018, deux analyseurs automatiques mesurent les concentrations en H2S aux stations fixes de Lacq et Maslacq.

Les principales conclusions des premiers mois de mesures (du 29/10/18 au 28/05/19) sont les suivantes :

  • Les niveaux moyens relevés à Lacq et Maslacq sont très faibles et du même ordre de grandeur que les concentrations ubiquitaires du H2S dans l’air ambiant. Des concentrations ponctuellement plus élevées sont tout de même observées sur ces deux stations.
  • Les concentrations en H2S sont plus élevées à Maslacq qu’à Lacq.
  • Sur la période de mesures, le seuil de gêne olfactive (7 μg/m3) a été dépassé 3% du temps à Lacq et 7% du temps à Maslacq.
  • Les moyennes journalières maximales à Lacq et à Maslacq sont très largement inférieures à la valeur guide de l’OMS pour l’absence d’effet sur la santé (150 μg/m3 sur 24h) et à la VTR retenue par l’INERIS pour une exposition de 1 à 14 jours (100 μg/m3).
  • La VTR « inhalation aigüe » de l’OEHHA (42 μg/m3 pour une exposition de 1 à 7h) a été dépassée deux fois sur le site de Maslacq (la nuit du 29/11/18 et la nuit du 2/03/19) soit seulement 0.04% du temps sur la période de mesures.
    A Maslacq, au cours de ces deux nuits, lors des dépassements de cette VTR, les vents viennent de l’Est au Sud-Est.
  • En moyenne, la rose de pollution à Lacq montre que les concentrations les plus élevées en H2S sont observées majoritairement pour des vents venant du Sud-Ouest.
    En moyenne, a rose de pollution à Maslacq montre que les concentrations les plus élevées en H2S sont observées majoritairement pour des vents venant du Sud-Est.
  • A Lacq, certains des pics de concentrations en H2S correspondent aux pics de concentrations en SO2. A Maslacq, c’est encore moins souvent le cas.