Les pesticides dans l’air - Bilan annuel 2018

Partager :
Rapports / Synthèses d'étude
04 septembre 2019

La contamination de l’air par les pesticides est une composante de la pollution atmosphérique qui demeure moins documentée que d’autres milieux (eaux, sols, alimentation). À ce jour, il n’existe aucune valeur réglementaire sur la contamination en pesticides dans les différents milieux aériens (air ambiant et air intérieur). Et pourtant, chaque année, et ce quelle que soit la typologie du site étudié (près des champs ou au coeur des villes) des molécules de pesticides sont détectées dans les prélèvements d’air réalisés par Atmo Nouvelle-Aquitaine.

Les mesures de pesticides dans l’air sont assurées sur la région depuis près de 18 ans, permettant de tracer un historique riche d’enseignements. Au niveau national, plusieurs Associations Agréées de Surveillance de la Qualité de l’Air (AASQA) assurent un suivi annuel des produits phytosanitaires dans l’air. En 2014, une base de données nationale (Phytatmo) a été créée afin de structurer l’ensemble des données de pesticides dans l’air. Cette base de données permet de répondre à plusieurs demandes au niveau national :

  • identification des concentrations « anormales » pour l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) dans le cadre de la Phytopharmacovigilance,
  • définition des modalités d’une surveillance nationale des pesticides dans l’air ambiant,
  • bancariser et exploiter les données au niveau national.

L’historique des mesures dans l’air alimente également aujourd’hui les réflexions menées tant au niveau national que régional dans le cadre du plan Écophyto ou du PNSE (Plan National Santé Environnement), décliné au niveau local à travers le PRSE.

Chaque année, des prélèvements d’air sont réalisés de février à décembre sur le site de référence de Poitiers (86) dans le quartier des Couronneries. Ce site « fixe », situé en zone urbaine, permet de suivre de manière objective l’évolution des concentrations dans l’air d’année en année sur une zone de grandes cultures. Un deuxième site de référence en zone viticole a été mis en place en 2015 près des vignes du Cognaçais (16) dans l’agglomération du Grand Angoulême. Depuis 2017, le dispositif « fixe » a été complété par des mesures sur les villes de Bordeaux (33) et Limoges (87), afin de pouvoir présenter un bilan de la contamination de l’air de trois grandes zones urbaines de la région Nouvelle-Aquitaine.

En 2018, trois sites dit « mobiles » sont venus compléter le dispositif « fixe ». Ces sites sont voués à changer d’emplacement chaque année de manière à étudier différentes problématiques :

  • un site dans le Médoc, permettant une surveillance des pesticides dans l’air dans un environnement rural entouré principalement de vignobles,
  • un site rural dans les Landes, dans la communauté de communes (CC) des Grands Lacs, situé dans un environnement de maraîchage,
  • un site rural en Haute-Vienne, Saint-Yrieix-la-Perche, situé dans un environnement de vergers.

Le présent rapport expose ainsi les résultats d’analyse des prélèvements effectués en 2018 sur ces sept sites et présente une comparaison des résultats avec l’historique des mesures en Nouvelle-Aquitaine, notamment l’évolution annuelle des concentrations de pesticides dans l’air sur les quatre sites de référence.