Impact de la Journée sans voiture à Limoges sur la qualité de l’air - 2021

Partager :
Rapports / Synthèses d'étude
18 novembre 2021

À l’occasion de la journée sans voiture à Limoges le samedi 25 septembre 2021, les concentrations de dioxyde d’azote, d’ozone et de particules en suspension sont mesurées du 18 septembre au 3 octobre rue Jean Jaurès, à l’angle de la rue Fourie. L’objectif premier de mesurer l’impact de la restriction du trafic routier rue Jean Jaurès sur les concentrations de trois polluants, a été atteint pour le dioxyde d’azote tout particulièrement. Ce polluant est un indicateur de la pollution d’origine automobile. Les concentrations de NO2 décroissent rapidement à mesure que l’on s’éloigne du lieu d’émission, c’est-à-dire la chaussée.

  • Les concentrations en dioxyde d’azote (NO2) sont inférieures lors de la journée sans voiture par rapport aux conditions rencontrées lors d’un samedi « normal ». Le dioxyde d’azote est un polluant traceur de l’activité trafic routier. Une diminution de 79% est constatée par rapport au samedi précédent (18/09) et de 14% par rapport au samedi suivant.
  • Les concentrations en particules en suspension (PM10) lors de la journée sans voiture sont supérieures à celles des autres samedis. Les sources de PM10 sont multiples en milieu urbain, et ne reflètent pas uniquement la pollution due au trafic routier.
  • La restriction de la circulation automobile lors de la journée sans voiture n’a pas d’impact a priori sur les concentrations d’ozone (O3). La présence d’ozone dans l’air dépend d’autres facteurs, hormis la disponibilité en dioxyde d’azote.

Nota : La station de mesure a enregistré en continu les concentrations, indépendamment des conditions météorologiques ou l’heure de la journée. La comparaison de trois journées entre elles ne permet pas de bénéficier de résultats robustes en matière de représentativité temporelle des concentrations mesurées. De plus, les conditions météorologiques influent largement sur les concentrations mesurées. Pour ces diverses raisons, les conclusions apportées par cette étude doivent être interprétées avec précaution. Elles renseignent de manière générale sur l’impact de l’arrêt de la circulation automobile sur la qualité de l’air à proximité des voies de circulation.