Etude de modélisation /émissions polluants atmosphériques et gaz à effet de serre – RD810 Bayonne -Hendaye

Partager :
Rapports / Synthèses d'étude
29 mars 2022

Dans le cadre de son projet de Transports en Communs en Site Propre (TCSP), l’agglomération du Pays Basque, souhaite connaitre l’impact de la réduction de 10% du trafic de véhicules légers sur une portion de l’axe de la route départementale 810, correspondant au tracé allant de Bayonne à Hendaye. L’étude de cette variation de trafic permettra de conclure sur la qualité de l’air lorsque le trafic est réduit de 10%. De plus, une étude de l’inventaire des émissions sur cette zone permettra d’évaluer et d’identifier les sources de polluants présents afin de prioriser les plans d’actions de réduction de la pollution de l’air.

  • Les polluants atmosphériques étudiés sont : NO2, PM10 et PM2,5. Les gaz à effet de serre étudiés sont : CO2, N2O et CH4.

  • Pour évaluer l’impact de réduction du trafic routier sur une population, un état actuel de la situation (année 2019) sera comparé avec un état hypothétique (année 2027) où le trafic sera allégé de 10% en véhicules légers ainsi qu’avec un état « au fil de l’eau » en 2027 (sans aménagement). L’année disponible la plus récente (2020) n’est pas représentative, car cette dernière a été impactée par les confinements.

La RD810 a un impact non négligeable sur les émissions de polluants des communes de l’axe Bayonne-Hendaye. En 2018, celle-ci contribue à 20 % des émissions d’oxydes d’azote (NOx), 17 % des émissions de particules en suspension (PM10) et 13 % des émissions de particules fines (PM2,5). Elle contribue également aux émissions de gaz à effet de serre de ce territoire : 16 % des émissions de dioxyde de carbone (CO2) et 7 % des émissions de protoxyde d’azote (N2O). La RD810 a très peu d’influence sur les émissions de méthane (CH4), elle représente moins de 1 % des émissions.

A l’horizon 2027, grâce au renouvellement du parc automobile, les émissions en polluants atmosphériques et gaz à effet de serre baissent. Une réduction flagrante s’observe pour les émissions de NOx (-50 %). Pour les autres composés, le renouvellement du parc automobile engendre également des baisses d’émissions : - 24 % pour les PM2,5,-16 % pour les PM10 et en moindre mesure -3 % pour le CO2 et - 2 % pour le N2O.

De plus, la réduction de trafic à l’horizon 2027 engendre également des baisses d’émissions. Entre les 2 scenarii de 2027, la réduction trafic entraine une baisse de 11 % sur les émissions de NOx et de CO2, de 9 % sur les PM2,5 et de 8 % sur les PM10 et N2O.

Les résultats de modélisation ont montré que c’est au niveau du dioxyde d’azote que l’amélioration est la plus notable. En effet, avec le scénario où le trafic est réduit de 10%, plus de 40% de réduction sur la concentration de NO2 sont espérés. Entre les scenarii où aucune modification n’est faite en 2027 et celui où une réduction de 10% du trafic de véhicules légers est appliquée, on attend environ 6% de réduction de la concentration en NO2. On constate alors que 35% de baisse de concentration en NO2 est directement lié à l’évolution du parc routier. En effet, les voitures deviennent de plus en plus propres et sont donc amenées à
émettre moins de polluants. L’évolution du parc routier permet aussi de réduire le nombre de personnes impactées par des dépassements (dans une zone tampon de 100m au voisinage de la RD810), passant de moins de 50 personnes à aucune.

La concentration de PM10 varie sensiblement entre les différents scenarii, dans tous les cas étudiés aucun dépassement de valeur limite n’est observé, donc aucune personne n’est impactée par une pollution aux PM10.

La concentration modélisée de PM2,5 indique qu’une baisse de 5% peut être observée en 2027. Cette baisse est directement liée à l’évolution du parc routier. Les 10% de véhicules légers en moins n’influent pas de façon significative sur ces émissions, de ce fait pour le scenario projet 5% de réduction est aussi prévu. L’évolution du parc routier induit une baisse du nombre de personnes exposé passant de plus de 50 habitants en 2019 à moins de 50 personnes en 2027 quel que soit le scénario.