Étude de la qualité air au niveau des communes de Périgny et Saint-Rogatien (17) - Suivi de la Société Rochelaise d’Enrobés (SRE) et de l’unité de compostage à proximité des deux communes - juin– décembre 2020

Partager :
Rapports / Synthèses d'étude
07 juillet 2021

En 2020, Atmo Nouvelle-Aquitaine a réalisé une campagne de mesure au niveau des communes de Saint-Rogatien et Périgny afin de déterminer l’impact sur la qualité de l’air des activités de compostage et de production d’enrobés exercées à proximité des deux communes. Les polluants ont été suivis sur 8 sites dont un site hors influence des deux industries pour une durée de 6 mois (afin de s’affranchir des conditions météorologiques) entre les mois de juin et décembre.

Cette campagne de mesure a permis de montrer que les concentrations en dioxyde d’azote et particules en suspension, mesurées en continu au niveau de la commune de Saint-Rogatien sont légèrement inférieures aux concentrations mesurées au niveau des stations fixes de La Rochelle centre et d’Aytré et respectent les valeurs réglementaires applicables à ces polluants. Les concentrations en dioxyde de soufre, polluant également mesuré en continu à Saint-Rogatien et traceur d’activités industrielles, sont nettement inférieures aux valeurs réglementaires applicables à ce polluant. Les concentrations en sulfure d’hydrogène, mesuré en continu à Saint-Rogatien, sont témoins d’une pollution de fond pour ce polluant.

Le suivi des polluants traceurs des activités de compostage et de production d’enrobés n’a pas permis de mettre en évidence un impact de ces deux activités sur la qualité de l’air au niveau des communes de Saint-Rogatien et Périgny. Les concentrations mesurées au niveau des sites proches des deux industries sont équivalentes aux concentrations mesurées au niveau du site implanté sur la commune de Saint-Médard d’Aunis, éloigné des deux industries et en dehors de la zone d’impact de ces dernières.

Certains polluants suivis dans le cadre de cette étude font également l’objet de mesures par Atmo Nouvelle-Aquitaine sur d’autres sites en région Nouvelle-Aquitaine. Les concentrations mesurées pour ces polluants sont du même ordre de grandeur voire inférieures à ce qui est habituellement mesuré par Atmo Nouvelle-Aquitaine en région.

Les concentrations les plus importantes ont été mesurées en fin d’année. La météorologie et notamment les conditions anticycloniques hivernales : températures froides (surtout le matin), atmosphère stable, plafond bas vont être favorables à la stagnation des polluants émis dans l’air et donc une augmentation des concentrations mesurées en air ambiant au niveau de la commune de Saint-Rogatien. En fin d’année, en plus de la météorologie, des travaux d’élargissement de la RD111 à proximité de Saint-Rogatien avec application de produits d’enrobage ont généré des émissions supplémentaires de composés suivis dans le cadre du suivi de la SRE. Les prélèvements effectués entre novembre et décembre sont donc témoin de l’activité de production
d’enrobés et des travaux d’élargissement de la RD111.

De nombreux signalements d’odeurs ont été enregistrés au cours de cette campagne de mesure et une grande partie de ces signalements étaient en lien avec l’activité de la SRE. Ces déclarations, couplées aux données d’activité de la SRE, ont notamment permis la sélection des prélèvements à analyser. Après analyses, le lien entre le nombre de déclarations d’odeurs quotidien et les fortes concentrations n’est pas établi de façon concrète. Ceci s’explique du fait de la sensibilité du nez humain qui peut être capable de détecter les odeurs de certains composés à des concentrations nettement inférieures aux concentrations pouvant être mesurées via les techniques d’analyses. Au contraire, pour d’autres composés, les appareils peuvent mesurer à des concentrations inférieures à celles que le nez humain peut détecter.

Une synthèse du rapport sera publiée en septembre avant la réunion publique de présentation des résultats organisée le 23 septembre 2021 par la CDA de La Rochelle.