Collèges de Gironde – Construction d’un futur collège à Mérignac Beutre - Campagne de mesure de la qualité de l'air - 2019

Partager :
Rapports / Synthèses d'étude
17 juin 2019

A la demande du Conseil Départemental de la Gironde, Atmo Nouvelle-Aquitaine a déployé en 2019 une campagne de mesure au niveau de la plaine des sports de Beutre sur la commune de Mérignac. Cette évaluation de la qualité de l’air s’inscrit dans le cadre d’un projet de construction d’un collège au niveau de cette zone au vu de la proximité de l’aéroport de Mérignac et du trafic routier.

La campagne de mesure a débuté le 15 janvier 2019 et s’est poursuivie jusqu’à la moitié du mois d’avril 2019 en ayant pour objectif de mesurer le NO2, les PM10, les PM2,5, les BTEX ainsi que certains HAP, soient les principaux polluants traceurs du trafic routier.

Ce rapport a pour but de présenter les résultats mesurés pour l’ensemble des polluants cités précédemment.

Pour tous les polluants mesurés, les concentrations sont proches de celles d’un niveau de fond péri-urbain, peu influencé par le trafic à proximité.

NO2

Les mesures pour ce polluant ont été réalisées sur des périodes consécutives de 15 jours pendant un mois au moyen de tubes passifs. Une première quinzaine a eu lieu du 15 au 29 janvier 2019 et une seconde entre le 29 janvier et le 12 février 2019. Les valeurs mesurées n’excèdent pas 20 μg/m3 en moyenne bi-hebdomadaire, ce qui est conforme à une valeur de fond péri-urbaine. A titre indicatif, cette valeur est très éloignée de la valeur limite annuelle fixée à 40 μg/m3.

La réalisation d’un transect au niveau de l’Avenue Roland Garros montre un impact de la route sur les concentrations mais ce dernier reste faible.

Une seconde méthode de mesure par analyseurs automatiques du 12 mars au 10 avril a permis de montrer que les mesures sont en moyenne sur la période de 13 μg/m3, soit, à titre indicatif, en deçà de la valeur limite annuelle fixée à 40 μg/m3. A cela s’ajoute que la mesure ne dépasse pas la valeur limite sur la moyenne horaire fixée à 200 μg/m3.

PM10

Les mesures pour les PM10 ont été réalisées au moyen d’un analyseur automatique installé dans le laboratoire mobile entre le 12 mars et 10 avril.

Au cours de la période de mesure, aucun dépassement du seuil de la valeur limite sur la moyenne journalière fixée à 50 μg/m3 n’a été observé. La moyenne calculée sur la période de mesure n’excède pas 15 μg/m3, ce qui est très éloigné du seuil de la valeur limite (moyenne annuelle fixée à 40 μg/m3 pour les PM10) et aux recommandations de l’OMS (moyenne annuelle à 20 μg/m3).

PM2,5

Les mesures pour les PM2.5 ont été réalisées au moyen d’un analyseur automatique installé dans le laboratoire mobile entre le 12 mars et le 10 avril.

A titre indicatif, aucun dépassement de la valeur limite annuelle fixée à 25 μg/m3 n’a été noté, la moyenne calculée étant d’environ 9 μg/m3. Les concentrations respectent également sur la période les recommandations de l’OMS (10 μg/m3 en moyenne annuelle)

HAP

8 HAP ont été mesurés au moyen d’un préleveur bas débit entre le 19 janvier et le 19 février.
Sur ces polluants, seul le benzo(a)pyrène est réglementé avec une valeur cible annuelle fixée à 1 ng/m3.
La moyenne calculée pour les 10 prélèvements effectués se situe autour de 0.4 ng/m3.

La comparaison avec d’autres concentrations mesurées au travers de campagnes effectuées en Nouvelle-Aquitaine entre 2008 et 2018, montre que la médiane ainsi que la moyenne obtenue sur cette campagne sont supérieures en moyenne aux autres campagnes. Ceci repose sur le fait que la campagne de Beutre s’est tenue pour les HAP en hiver, période majorante pour les concentrations en ce polluant. Cependant, les valeurs obtenues restent dans la normale de ce qui est attendu en cette période.

BTEX

Les BTEX ont été mesurés au moyen de tubes passifs entre le 15 janvier et le 12 février.
Parmi ces polluants, seul le benzène est réglementé avec une valeur limite annuelle fixée à 5 μg/m3.
En moyenne au niveau de la plaine des sports, la concentration en benzène est de 0.8 μg/m3, bien en deçà de la réglementation.
La comparaison des valeurs obtenues avec d’autres issues de campagnes de mesures effectuées entre 2008 et 2018, tous sites confondus, en Nouvelle-Aquitaine, montre que les niveaux en polluants sont inférieurs en moyenne.

La réalisation d’un transect au niveau de l’Avenue Roland Garros ne montre pas d’impact significatif de la route.