Quels sont les effets de la pollution intérieure sur notre santé ?

header_airinterieur.png
Partager :

Mise à jour 13/01/2020

Maux de tête, irritations ou encore asthme...cela peut être dû à une mauvaise qualité de l'air intérieur ? Puisant ses origines auprès de plusieurs sources polluantes, vous trouverez ici le détail de chaque polluant de l'air intérieur ainsi que ses effets sur la santé.

Les polluants chimiques

  • Le monoxyde de carbone (CO) : L'intoxication au monoxyde de carbone constitue la première cause de mortalité par toxicité aiguë en France (entre 100 et 400 décès annuels). Il se fixe à la place de l'oxygène sur l'hémoglobine du sang conduisant à un manque d'oxygénation du système nerveux, du coeur, des vaisseaux sanguins. Le système nerveux central et les organes sensoriels sont les premiers affectés (céphalées, asthénies, vertiges, troubles sensoriels). Il peut engendrer l'apparition de troubles cardio-vasculaires. La gravité des symptômes est fonction de la durée d'exposition et de la concentration de monoxyde de carbone inhalée. Chaque année, le mauvais fonctionnement des chauffages individuels et des chauffe-eau entraîne plusieurs cas de décès. 

  • Les composés organiques volatils (COV) : Les effets sont très variables : ils vont de la simple gêne olfactive à une irritation (aldéhydes), une diminution de la capacité respiratoire, jusqu'à des effets mutagènes et cancérigènes. Les troubles engendrés par l’inhalation de ces substances dépendent de la concentration et de la durée d’exposition mais aussi de la sensibilité des personnes. Les COV sont suspectés de favoriser ou d'aggraver l'allergie respiratoire ou l'asthme, en raison de leur caractère irritant. A l'exception du formaldéhyde et du benzène, peu de composés ont fait l'objet d'études importantes. Ils ont, à court terme, des effets sensoriels (irritation des yeux, de la gorge) et pulmonaires. A long terme, certains sont cancérigènes (benzène) ou suspectés de l'être (formaldéhyde). source OQAI.

  • Le dioxyde d'azote (NO2) : C'est un gaz irritant qui pénètre dans les plus fines ramifications des voies respiratoires. Il peut, dès 200 µg/m3, entraîner une altération de la fonction pulmonaire, une hyper-réactivité bronchique chez l'asthmatique et un accroissement de la sensibilité des bronches aux infections chez l'enfant.

  • Le tabac : La fumée de tabac est un irritant pour les yeux, le nez et la gorge. Les nourrissons et les enfants de parents fumeurs sont plus fréquemment sujets aux infections des bronches, du nez, de la gorge et des oreilles. Les enfants exposés au tabagisme passif ont plus de risques de développer des problèmes respiratoires en grandissant. Les femmes qui sont fortement exposées pendant leur grossesse ont tendance à avoir des bébés moins gros à la naissance. L'exposition à la fumée de tabac environnementale est particulièrement dommageable pour les personnes ayant des problèmes respiratoires et provoque, chez les asthmatiques, une augmentation de la fréquence et de la gravité des crises. Un risque plus élevé de cancer du poumon a été mis en évidence parmi des non fumeurs exposés à la fumée de tabac environnementale.

Les autres polluants

  • L'amiante : Les fibres d'amiante sont suffisamment fines pour pénétrer profondément dans l'appareil respiratoire par inhalation. Les risques sont proportionnels à la quantité de fibres inhalées. L'amiante peut provoquer un mésothéliome (cancer de la plèvre) ou un cancer du poumon par inhalation de fibres.

  • Le plomb : Le Plomb, comme les autres métaux (Arsenic, Cadmium, Nickel), s'accumulent dans l'organisme et provoquent des effets toxiques à court et/ou à long terme. Ils peuvent affecter le système nerveux, les fonctions rénales, hépatiques, respiratoires, ou autres... Au-delà d'un certain seuil, le plomb a des effets biologiques et toxiques sur l'organisme. C'est le saturnisme. Les effets biologiques peuvent être réversibles (anémie, colique du plomb) ou irréversibles (atteinte du système nerveux central et périphérique). L'intoxication au plomb est soit chronique chez le jeune enfant par ingestion ou inhalation de plomb présent dans la poussière ou les écailles de peintures (PICA) soit accidentelle de travailleurs, de bricoleurs ou d'habitants (chantiers de réhabilitation de logement ancien) par ingestion massive de poussières lors de travaux sur les peintures au plomb. 

  • Le radon : Il est classé cancérigène pulmonaire chez l'homme par le Centre International de Recherche sur le Cancer. 

Les pneumallergènes

  • Les acariens : Leurs effets peuvent être multiples : asthme (gène respiratoire, sifflement, toux), rhinite (écoulement nasal, éternuement), allergie oculaire, conjonctivite

  • Les moisissures : Elles peuvent provoquer des manifestations allergiques et des irritations des muqueuses. L'infection pulmonaire (aspergillose invasive) apparaît essentiellement chez les personnes aux défenses immunitaires diminuées. Dans le cadre d'activités professionnelles (agriculture, fromagerie), les moisissures peuvent provoquer des pneumopathies d'hypersensibilité lorsqu'une quantité massive de spores est inhalée. 

  • Les animaux familiers : Chez les patients allergiques au chat et/ou au chien, les symptômes peuvent être : rhinite (nez qui coule, éternuement), conjonctivite (yeux rouges qui piquent), asthme (gène respiratoire, sifflement, toux). Le risque d'allergie existe encore pendant plusieurs années même après le départ de l'animal car les particules allergisantes sont toujours présentes dans la moquette, sur les canapés, dans les rideaux. 

  • Les blattes : elles peuvent être responsables d'allergies qui se traduisent par une rhinite allergique ou de l'asthme.

L'humidité

Une humidité relative supérieure à 60% favorise le développement des moisissures et des acariens. Les symptômes suivants peuvent apparaître:

  • allergies respiratoires (asthme, rhinites, bronchites, pneumonies d'hypersensibilité)

  • irritations de la peau, des yeux

  • symptômes respiratoires (toux, irritation du nez et de la gorge, écoulement nasal, éternuements, difficulté respiratoires, douleurs thoraciques)

  • effets généraux (fièvre, maux de tête, fatigue, déficience immunitaire)