Les pollens

header_pollens2.png
Partager :

Les pollens allergisants constituent, au sens du code de l’environnement, une pollution de l’air. En effet, ces petites particules microscopiques émises par les fleurs peuvent engendrer des allergies respiratoires chez les personnes sensibles. En France, 30% de la population est concernée par ces pollinoses (allergies aux pollens), notamment la rhinite allergique qui constitue un facteur de risque important de l’asthme.

D'où viennent les pollens ?

Le pollen constitue l’élément reproducteur microscopique des plantes. Il est produit dans la partie supérieure fertile des étamines (organes mâles des plantes). Le transport des grains est assuré par deux modes différents :

  • Par les insectes : dans ce cas, les fleurs sont généralement voyantes, parfumées, riches en nectar. Leur pollen est peu abondant dans l’atmosphère et peu allergisant.
  • Par le vent : les pollens de ces fleurs sont généralement très abondants pour compenser le caractère hasardeux de type de pollinisation, et souvent allergisants. On retrouve dans cette famille les graminées, le cyprès, le bouleau, le frêne, l'aulne, le chêne, l’ambroisie, la pariétaire… 

En Nouvelle-Aquitaine, la saison pollinique s'étale de janvier à octobre

Ainsi se succèdent :

Charme
  • les cupressacées : en particulier le cyprès, de plus en plus gênant dans le sud de la France, où il déclenche des manifestations allergiques dès la fin du mois de janvier.
  • la famille des bétulacées, qui comprend l'aulne, le charme, le noisetier et le bouleau. Leurs pollens, produits à partir de chatons, jouent un rôle clinique de premier ordre dans le Nord de l'Europe entre février et avril. L'allergie au pollen de bouleau s'accompagne souvent d'allergies croisées alimentaires aux fruits.

  • les salicacées, comme le peuplier et le saule, qui provoquent quelques manifestations en février et mars.

  • le platane qui pollinise en avril et est relativement peu allergisant compte tenu de sa fréquence.

  • les fagacées, tels le chêne, le hêtre et le châtaignier, ont des allergènes communs avec les bétulacées ; leur pollinisation plus tardive peut donc prolonger les manifestations cliniques jusqu'au mois de juin.

  • les oléacées, en particulier l'olivier dans le sud de la France ainsi que le frêne, qui produisent du pollen jusqu'en juin, présent jusqu'à plusieurs centaines de kilomètres alentour.

  • le tilleul, qui peut provoquer des pollinoses de voisinage au mois de juin.

  • Les graminées, responsables du rhume des foins, présents dans l'air d'avril à juillet.

  • l'ambroisie, qui fleurit en find'été

Effets sur la santé

Tous les pollens ne sont pas allergisants. Il existe trois paramètres importants dans le déclenchement de l’allergie :

  1. Les caractéristiques propres du pollen : les caractéristiques des pollens (morphologie, composition physico-chimique...) diffèrent d’une essence végétale à l’autre. Ces variations rendent certains pollens plus allergisants que d’autres. Pour être allergisants, un grain de pollen doit disposer de substances (protéines ou glycoprotéines) reconnues comme immunologiquement néfastes pour un individu donné.
  2. Ses modes de dissémination : les pollens allergisants sont donc émis par des plantes anémophiles (arbres et herbacées). Ils sont fins, très abondants et disséminés par le vent. Mais toutes les plantes anémophiles ne produisent pas de pollens allergisants. Les pollens diffusés par le vent, parce qu’on les respire, sont plus dangereux que les pollens transportés par les insectes.
  3. La sensibilité de l'individu : en général, la pollinose se manifeste au niveau du nez (éternuements, démangeaisons, obstructions, écoulements et même perte de l’odorat et du goût), des yeux (brûlures, rougeurs, larmoiements, sensation de gêne à la lumière du soleil). Elle entraîne souvent des troubles au quotidien, dans la vie sociale, et perturbe également le sommeil. Chez certaines personnes, elle peut se compliquer par l’apparition de crises d’asthme, d’un urticaire ou d’un eczéma.

Le saviez-vous ?

Une personne se sensibilise aux essences végétales les plus nombreuses dans la région où elle vit et le nombre de personnes atteintes sera d’autant plus grand qu’il s’agira d’une essence à fort pouvoir allergisant. La pollinose est une préoccupation de santé publique pour le Ministère chargé de la Santé.

L’allergie aux pollens, ou pollinose, encore appelée " rhume des foins ", quand il s'agit d'une allergie aux pollens de graminées, montre depuis près de 25 années une progression régulière (+25 % chez les 15-25 ans). Elle concerne en France 30 % de la population générale.

Contrairement à une idée reçue, elle peut frapper à d’autres périodes que la saison des foins, puisque la pollinisation des espèces arboricoles débute dès le mois de février dans nos régions. Elle s’ajoute à d’autres facteurs de l’environnement (pollution atmosphérique, allergènes de l’habitat) et contribue ainsi à des désordres respiratoires dont les conséquences sur le plan social sont parfois importantes (asthme chez l’adulte).

Une telle ampleur constitue une réelle préoccupation de santé publique et justifie le développement d’une action de surveillance et d’information.

Quand la pollution s'en mêle ...

Face à l'augmentation significative des allergies aux pollens, le constat suivant a été fait : les pollens peuvent être modifiés par la pollution de l'air. Fragilisés, ils présentent un aspect différent et libèrent plus facilement des particules allergisantes. On sait également que les particules sont un vecteur pour les pollens en fixant des particules allergisantes, elles leur permettent de pénétrer dans les poumons. Un autre effet induit de la pollution de l'air : elle agresse les muqueuses et ainsi les individus sont plus vulnérables, notamment aux pollens.

Il n’existe pas de réglementation spécifique concernant la mesure de pollens dans l’atmosphère malgré leur impact avéré sur la santé.

Pourquoi surveiller les pollens ?

Capteur pollen

Atmo Nouvelle-Aquitaine surveille, en partenariat avec le RNSA, les pollens présents dans l’air depuis 1999, permettant ainsi d’informer chaque semaine sur les risques allergo-polliniques en cours.
Le suivi des pollens présents dans l’air poursuit plusieurs objectifs opérationnels :

  • limiter l’impact des allergies aux pollens,
  • apporter des connaissances aux professionnels de la santé (médecins généralistes, allergologues, pneumologues, ORL, pédiatres, pharmaciens...) et aux personnes allergiques, sur le calendrier d’apparition des pollens dans l’atmosphère au cours de l’année,
  • permettre aux médecins d’affiner leurs diagnostics,
  • permettre aux personnes atteintes de pollinoses d’anticiper et d’ajuster leur traitement en lien avec les professionnels de santé,
  • participer à la lutte contre le développement de l’ambroisie en région.

12 sites de prélèvement des pollens en Nouvelle-Aquitaine

Carte des capteurs pollens et pollinarium sentinelle en Nouvelle-Aquitaine

Atmo Nouvelle-Aquitaine participe à la surveillance des pollens allergisants pilotée à l'échelle française par le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA). Cette surveillance est menée en collaboration avec les collectivités, l’Agence Régionale de la Santé (ARS) et le RNSA.

Les capteurs en Nouvelle-Aquitaine sont situés à Bordeaux (33), Périgueux (24), Agen (47), Mont-de-Marsan (40), Bayonne (64), Pau (64), Mareuil (24), Limoges (87), La Rochelle (17), Poitiers (86), Angoulême (16) et Niort (79).

Les capteurs de pollens sont placés en hauteur, sur des toits, de façon à couvrir une zone de 30 km de diamètre en plaine. Les effets strictement locaux de la végétation environnante sont ainsi atténués. Les capteurs de pollens sont des appareils qui aspirent l'air de façon régulière pendant une période de sept jours. 

Les stations de surveillance des pollens fonctionnent au moment de la saison pollinique, c'est-à-dire entre février et septembre. Certaines, comme celle de Bordeaux, fonctionnent presque toute l'année. Le site de Mareuil, particulièrement intéressant pour la mesure de l'ambroisie, est en fonctionnement de juillet à octobre. 

Les pollens des capteurs de La Rochelle, Poitiers, Angoulême, Niort et Limoges sont prélevés et comptés au microscope par un des deux analystes d’Atmo Nouvelle-Aquitaine. 

Un suivi complémentaire des pollens : les pollinariums sentinelles®

Les pollinariums sentinelles® sont des jardins qui réunissent les principales espèces de plantes sauvages de la région (herbes, arbustes et arbres) dont le pollen est allergisant. Les jardiniers des pollinariums sentinelles® les observent chaque jour. Cela leur permet de détecter le début et la fin d'émission de pollens de chaque espèce. Ces informations sont transmises aux personnes allergiques inscrites à la newsletter Alerte pollens!. Ainsi, dès réception de cette information, les allergiques peuvent commencer leur traitement. Ils anticipent ainsi l'apparition des premiers symptômes, et peuvent arrêter leur traitement dès la fin d'émission de pollens. 

Pollinarium sentinelle

L'Association des pollinariums sentinelles® de France (APSF) a créé deux pollinariums sentinelles® en Nouvelle-Aquitaine : à Limoges et près de Guéret (Ste-Feyre). Le pollinarium de Limoges est opérationnel depuis 2017 et celui de Guéret depuis 2018. Deux autres sont en cours de validation à La Rochelle et Lanmary (24).

Plusieurs partenaires travaillent avec l’APSF sur ces pollinariums sentinelles® : l'ARS, les collectivités et les Associations agréées de surveillance de la qualité de l'air des zones concernées.

Le rôle d’Atmo Nouvelle-Aquitaine est de diffuser les informations recueillies sur le début et la fin d'émission de pollens.

Les bons gestes

Un des moyens de prévenir les allergies polliniques et d'en réduire les symptômes ainsi que les coûts de santé associés est de permettre aux personnes sensibles d’anticiper la prise de médicaments ou de se protéger en modifiant leurs activités. Voici quelques bons gestes si vous êtes allergique aux pollens :

  • Suivez le traitement préventif prescrit par votre médecin
  • Evitez dans la maison les bouquets et plantes allergisantes (ficus, graminées...)
  • Evitez le contact avec tout irritant bronchique (tabac, parfums, aérosols...)
  • Evitez les efforts physiques intenses en plein air pendant les pics de pollution et les pics polliniques.
  • Evitez de faire du sport à l'extérieur ou de pique niquer pendant la saison pollinique (source : Afeda)
  • Pratiquez vos activités à l'extérieur surtout le matin ou à défaut le plus tard possible dans la journée (source : Afeda)
  • Faites attention aux arbres et aux fleurs que vous plantez dans votre jardin.
  • Evitez en période de pollinisation de sortir avec les cheveux mouillés car les pollens se collent sur les surfaces humides.
  • Evitez de mettre à sécher votre linge dehors, les pollens se collent sur les surfaces humides.
  • Evitez de rouler en voiture fenêtres ouvertes en période de pics polliniques.
  • Aérez votre maison après 19h en période pollinique.
  • Evitez de vous promener par temps sec ensoleillé et venteux dans les zones à  risques comme les champs et les forêts.
  • Evitez de tondre le gazon ou d'être présent pendant la tonte.
  • Fermez les ouvertures de votre maison quand vous tondez votre gazon pour éviter de faire entrer les pollens (source : Afeda)
  • Changez-vous après une promenade et rincez-vous les cheveux avant de vous coucher afin d'éviter de déposer sur l'oreiller les pollens accumulés dans la journée.
  • Eviter de dormir la fenêtre ouverte. (source : Afeda)
  • Arrachez l'ambroisie dans votre jardin avant qu'elle ne fleurisse. 
  • Portez des lunettes de soleil pour protéger la muqueuse oculaire et limiter les conjonctivites dues aux pollens.
  • Aspirez votre chambre comme si vous étiez allergique aux acariens car les pollens sont un constituant connu de la poussière de maison. (source : Afeda)
  • Taillez régulièrement vos plantations pour empêcher les fleurs d'apparaître et diminuer la quantité de grains de pollen émise dans l'air (source : RNSA)

Restez informé des risques allergiques 

allergique_aux_pollens.jpg

Consultez les résultats des capteurs de pollens sur notre site internet et abonnez-vous au bulletin d'information hebdomadaire dans lequel vous retrouverez le risque allergique aux pollens de la semaine à venir : http://www.atmo-nouvelleaquitaine.org/abonnements

L'alerte pollens! vous informe également de l'apparition des premiers grains de pollens dans l'air http://www.alertepollens.org/.