Actualité
11 août 2022
Sensibilisation
Chauffage et brûlage
Atmo Nouvelle-Aquitaine
Episode de pollution
Observatoire de la qualité de l’air

Feux de forêt : évolution de l’impact sur la qualité de l’air en Nouvelle-Aquitaine

Impact des feux de forêts en Nouvelle-Aquitaine
Partager :

Depuis plusieurs semaines, la région Nouvelle Aquitaine fait face à des feux de grande ampleur en Gironde. La qualité de l’air en est directement impactée, avec notamment des hausses de concentrations en particules enregistrées. Point sur la situation.

Jeudi 11 août

Depuis la reprise des incendies en Gironde et dans les Landes, les concentrations en particules en suspension (PM10) et particules fines (PM2,5), contenues dans les fumées, augmentent significativement autour des zones incendiées. Les conditions météorologiques, air sec associé à des vents tourbillonnants, ne sont pas favorables à une amélioration de la situation. La qualité de l’air devrait être fortement dégradée sur un large secteur autour des incendies pour aujourd’hui et les jours à venir.

Du fait de l’ampleur du phénomène et de son caractère exceptionnel, les données actuelles ne permettent pas de déterminer avec certitude les concentrations en particules au niveau des zones impactées par les incendies. De ce fait, un code événement est appliqué à plusieurs communes autour des incendies.

Des odeurs de fumées liées aux incendies ont été perceptibles hier (10/08/2022) en Gironde, dans les Landes et même dans les Pyrénées-Atlantiques. Ce phénomène pourrait persister aujourd'hui et les jours à venir.

En parallèle, les niveaux d'ozone resteront élevés sur l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine. Cependant le seuil d’information et recommandations, fixé à 180 µg/m3 en moyenne horaire, ne devrait pas être dépassé aujourd’hui et demain sur la région.

A SAVOIR
Tant que les incendies sont en cours, l’évolution de la situation dépend totalement de la météo, donc le vent décidera quels territoires seront impactés par les fumées (en dehors des zones directement touchées par les incendies). Le vent peut être bénéfique dans certains cas :
- Il peut envoyer la fumée au-dessus de nous, en plus haute altitude
- Il peut aussi disperser le panache en diluant la fumée dans l’air
La pluie permettrait de baisser les concentrations en particules, celles-ci seraient alors entrainées au sol.

 

 

Les mesures/surveillance
Un travail a été réalisé pour permettre à nos ingénieurs - grâce à leurs outils de simulation -,d’intégrer les phénomènes d’incendies dans nos prévisions sur le Jour J. Un travail indispensable pour nous aider à comprendre et quantifier l’impact des feux de forêt sur la qualité de l’air. En parallèle, les données enregistrées par nos stations de mesure restent indispensables pour suivre l’évolution en direct des concentrations en PM10 et PM2,5. Retrouvez toutes les données de mesures en temps réel

Mardi 26 juillet

Les feux de La Teste-de-Buch et de Landiras sont fixés depuis lundi 25 juillet. Pour autant, les feux ne sont pas encore totalement éteints, des fumées se dégagent encore des zones incendiées. Des foyers actifs peuvent encore réapparaître ponctuellement.

Ainsi, la qualité de l'air des communes proches des feux peut encore être impactée, notamment celles situées au Sud-Est des zones incendiées, car situées sous les vents. Les indices ATMO ne sont donc pas diffusés sur ces communes car ils pourraient ne pas être représentatifs de la situation réelle.

Lundi 25 juillet

Aux vues de l’amélioration des conditions sur le front des incendies, les niveaux en particules devraient se maintenir à des niveaux globalement bons cette semaine. Néanmoins, à proximité des incendies, les concentrations en particules (PM10 et PM2,5) devraient être importantes. Cet impact restera cependant restreint au périmètre des incendies.

Samedi 23 juillet

Fin de la procédure d'alerte pour les départements des Landes et de la Gironde.

Vendredi 22 juillet

Aujourd'hui 2 départements sont en procédure d'alerte : les Landes et la Gironde.

La situation s'améliore cependant grâce à des conditions météo favorables et un incendie contenu. Les concentrations en PM10 et PM2,5 dans les Landes devraient repasser en-dessous des seuils réglementaires et ainsi sortir de la procédure en cours.

Le département de la Gironde devrait, quant à lui, rester en procédure d'alerte aux PM10. En effet, les zones impactées par les fumées sont certes restreintes (communes des incendies et en proche proximité) mais des critères de surface et population sont à prendre en considération.

Le reste de la région devrait resté en hors de portée du panache de fumée.

Jeudi 21 juillet

Une partie de la Gironde et des Landes est encore impactée par les particules (PM10 et PM2,5).
Les vents orientent désormais les panaches de fumées vers l’ouest de la région.

Suite à un état des lieux sur la situation avec Atmo Nouvelle-Aquitaine, les préfectures des Landes et de Gironde ont déclenché des procédures d’alerte.

Mercredi 20 juillet

Un travail a été réalisé pour permettre à nos ingénieurs avec leurs outils de simulation d’intégrer les phénomènes d’incendies dans nos prévisions sur le Jour J. Un travail indispensable pour nous permettre de comprendre l’impact des feux de forêt sur la qualité de l’air. En parallèle, les mesures enregistrées par nos stations de mesure restent indispensables pour suivre l’évolution en direct des concentrations en PM10 et PM2,5.

Le vent a ensuite changé, en étant désormais de nord / nord-ouest. Les Landes et la Gironde sont les départements les plus touchés pour l’instant et risquent donc d’enregistrer des concentrations au-dessus des seuils réglementaires jusqu’à vendredi. Le Lot-et-Garonne et les Pyrénées-Atlantiques ne sont pas à l’abri de bénéficier de vents défavorables dans les prochains jours et donc de voir leur concentration en particules en suspension (PM10) augmenter.

Les vents sont très changeants depuis le début de la semaine, nous sommes donc dépendants de ces conditions météo qui font varier la trajectoire des panaches de fumée.

Mardi 19 juillet

Changement radical dans l’orientation du vent. Soufflant désormais depuis le sud, les fumées sont poussées sur le nord de la région et cela en pleine nuit. La conséquence a été une hausse importante des concentrations en particules en suspension (PM10), enregistrées sur les stations de mesure de Bordeaux. Cette hausse a été temporaire.

Pic de particules en suspensions enregistré sur Bordeaux

Pic en particules en suspension (PM10) enregistré dans la nuit du 19 au 20/07

Dans la matinée, des vents d’ouest sont arrivés, exposant particulièrement les départements de Dordogne, Charente, Corrèze et Haute-Vienne aux fumées. Au fil des heures, le panache de fumée a fini par survoler les Landes et le Lot-et-Garonne de façon importante (hausse des concentrations en PM10). Les autres départements du nord de la région ont pu également ressentir les odeurs et les effets des fumées mais avec des concentrations moins significatives.

Vendredi 15 juillet

Les fumées ont été poussées par un vent du nord. Les départements des Landes et des Pyrénées-Atlantiques ont pu observer ces fumées et en ressentir les odeurs, jusqu’au lundi 18.

Nos stations de mesure ont enregistré une hausse des concentrations en particules en suspension (PM10) et particules fines (PM2,5) durant cette période mais tout en restant en dessous des seuils réglementaires.

Le facteur météo
Tant que les incendies sont en cours, nous sommes totalement dépendants de la météo, donc le vent décidera quels territoires seront impactés par les fumées (en dehors des zones directement touchées par les incendies). Le vent peut être bénéfique dans certains cas :
  • Il peut envoyer la fumée au-dessus de nous, en plus haute altitude
  • Il peut aussi disperser le panache en diluant la fumée dans l’air
La pluie permettrait de baisser les concentrations en particules, celles-ci seraient alors entrainées au sol.