Actualité
14 mars 2019
Sensibilisation
Santé
Chauffage et brûlage
Episode de pollution
Agriculture
Bons gestes

Ecobuage et pollution de l’air

header_ecobuage.png
Partager :

Les Pyrénées Atlantiques ont enregistré fin février des pics de pollution. Les conditions météorologiques peu favorables à la dispersion de la pollution atmosphérique ont contribué à une augmentation des concentrations en particules en suspension (PM10) dans l'air. Au-delà des sources multiples à l’origine de ces épisodes de pollution particulaire (trafic routier, chauffage résidentiel, industrie, agriculture), la pratique des écobuages a favorisé le maintien des fortes concentrations en particules en suspension. 

Qu’est-ce que l’écobuage ?

L’écobuage est une technique agricole ancestrale pratiquée en zone montagneuse sur des terrains en pente, difficiles d’accès. Cette technique aussi appelée ''Débroussaillement par le feu'', consiste à arracher la végétation et la couche superficielle de l'humus, d'incinérer ces éléments en petits tas, puis d'épandre les cendres sur le terrain afin de l'enrichir en éléments nutritifs explique le dictionnaire de l’environnement.

Le brûlage à l’air libre : une pratique qui génère une mauvaise qualité de l’air

Le brûlage des déchets verts peut être à l’origine de troubles de voisinages générés par les odeurs et la fumée. Il nuit à l’environnement et à la santé et peut être la cause de la propagation d’incendie.

Plus spécifiquement, le brûlage à l’air libre est source d’émission importante de substances polluantes (gaz et particules). La combustion de biomasse peut représenter localement et selon la saison une source prépondérante dans les niveaux de pollution. Le brûlage des déchets verts est une combustion peu performante, et émet des imbrûlés en particulier si les végétaux sont humides. Les particules véhiculent des composés cancérigènes comme les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), dioxines et furanes. En outre, la toxicité des substances émises peut être accrue quand sont associés d’autres déchets comme par exemple des plastiques ou des bois traités (Circulaire du 18 novembre 2011 relative à l’interdiction du brûlage à l’air libre des déchets verts)

Les fumées générées par le brûlage des déchets verts libèrent des polluants toxiques et des particules fines qui, une fois inhalées, se déposent profondément dans l'appareil respiratoire et peuvent provoquer des infections respiratoires et des maladies cardio-vasculaires. 

« 50 kg de déchets verts brûlés émettent autant de particules que 9800 km avec une voiture diesel, et 38000 km avec une voiture essence (source : ADEME) »

Une réglementation limite le brulage des déchets à l’air libre

Au niveau national, la Circulaire du 18 novembre 2011 interdit le brûlage à l’air libre des déchets verts.

En cas de non-respect de l'interdiction, il est possible d'alerter les services d'hygiène de la mairie lorsqu'une personne ne respecte pas l'interdiction de brûler ses déchets verts à l'air libre. Brûler ses déchets verts à l'air libre peut être puni d'une amende pouvant aller jusqu'à 450 €.

Les voisins incommodés par les odeurs peuvent par ailleurs engager la responsabilité de l'auteur du brûlage pour nuisances olfactives.

Il existe toutefois des arrêtés préfectoraux qui déroge à cette règle, 

Pour connaître le mode de traitement des déchets verts dans votre commune, ou savoir si une dérogation s'y applique, contactez votre mairie.

L'écobuage est en France aujourd'hui réglementé et fait l'objet d'arrêtés préfectoraux fixant les périodes d'autorisation, la procédure de déclaration préalable ainsi que les conditions de sécurité à respecter.

Des solutions au brûlage des déchets verts à l’air libre

Il est dès lors recommandé de ne pas s’adonner au brûlage des végétaux sec, mais de privilégier des pratiques moins émissives et moins dangereuses pour la santé et l’environnement

Des solutions alternatives adaptées à vos besoins et plus respectueuses de la qualité de l’air existent : 

Déchets visés : Tontes de pelouse, taille de haies, feuilles mortes, résidus d’élagage et de débroussaillage, déchets d’entretien de massifs et autres déchets végétaux issus de parcs et jardins… en mélange ou pas avec d’autres déchets. 

  • LE COMPOSTAGE DOMESTIQUE Tontes de pelouse et feuillages peuvent être mélangés avec vos restes de repas et épluchures de légumes… pour se transformer en amendement naturel et de qualité pour toutes vos plantes. De nombreuses collectivités mettent à votre disposition des composteurs, renseignez-vous ! 
  • LE BROYAGE ET LE PAILLAGE Petits et gros branchages broyés et feuilles mortes constituent un excellent paillis pour le jardin et le potager. Le paillage nourrit conserve l’humidité des sols et évite la pousse des mauvaises herbes. Autre astuce la tonte mulching, elle permet de laisser l’herbe finement coupée sur place. 
  • LA DÉCHÈTERIE Vous pouvez également y déposer vos déchets verts ils y seront valorisés.

(Source Ademe)