Résidence JOB à Royan (17) : évaluation de la qualité de l’air extérieur du 6 au 20 avril 2017

Partager :
Rapports / Synthèses d'étude
24 juillet 2017

Le projet de construction Résidence JOB, à Royan, fait l’objet d’une expérimentation de méthode de qualité de l’air intérieur développée par l’Ademe. Une campagne a été réalisée du 6 au 20 avril 2017. Les prélèvements ayant duré une semaine, les résultats obtenus ne peuvent pas être directement comparés aux valeurs réglementaires, celles-ci ne sont applicables qu’à l’échelle annuelle.
Les oxydes d’azote sont des traceurs de pollution automobile. La concentration mesurée sur le site est de 12 μg/m3. Cette valeur s’apparente aux concentrations mesurées sur les stations urbaines ou périurbaines les plus proches ; ces dernières respectent les valeurs réglementaires et les recommandations de l’OMS pour l’année 2016.
Les particules en suspension ont des origines plus diverses : trafic routier, chauffage au bois, agriculture, industries. Pour les PM10, la concentration relevée sur le site Royan est de 19 μg/m3. Pour l’année 2016, l’ensemble des stations urbaines environnantes respectent à la fois les recommandations de l’OMS et les valeurs réglementaires.
Les particules fines PM2,5 proviennent en majorité du secteur résidentiel et tertiaire. La concentration du site de Royan est de 5 μg/m3, ce niveau est inférieur à ceux des stations urbaines les plus proches. Celles-ci respectent les valeurs réglementaires. Cependant, l’OMS recommande de ne pas dépasser 25 μg/m3 en moyenne journalière plus de trois jours par an. Aucune de ces stations urbaines ne respectent cette recommandation.
Le site de Royan présente une concentration en benzène de 0,8 μg/m3. Pour l’année 2016, l’objectif qualité et la valeur limite, respectivement de 2 et 5 μg/m3, sont respectés sur les stations trafic d’Angoulême, Niort et La Rochelle. Considérant la molécule cancérigène pour l’Homme, l’OMS ne préconise aucune valeur en dessous de laquelle les effets sont considérés comme acceptables.