Mesures du H2S à Mont, Lacq et Maslacq - Plateforme industrielle de Lacq - Campagne ponctuelle : octobre/novembre 2019

Partager :
Rapports / Synthèses d'étude
17 décembre 2020

Depuis novembre 2018, deux analyseurs automatiques mesurent les concentrations en H2S aux stations fixes de Lacq et Maslacq. Un laboratoire mobile pour mesurer le H2S a également été installé pendant 1 mois à Mont (du 23/10/19 au 25/11/19) pour compléter le dispositif. Des tubes passifs ont également été installés pendant 1 mois à Lacq, Maslacq et Mont à proximité des analyseurs automatiques.

Les principales conclusions de ce mois de mesures sont les suivantes :

  • Les concentrations moyennes du site ponctuel situé à Mont (à une centaine de mètres à l’Ouest de la bordure du site industriel d’Arkema Mont) sont du même ordre de grandeur que les concentrations ubiquitaires (= concentrations de fond) du H2S dans l’air ambiant.
  • Sur la période de mesures, le seuil de gêne olfactive (7 μg/m3) a été dépassé 8% du temps à Mont (2% à Lacq et 1% à Maslacq).
  • Les concentrations à Mont, mais aussi à Lacq et Maslacq sont très largement inférieures à la Valeur Toxicologique de Référence retenue par l’INERIS (qui est de 100 μg/m3 pour une exposition de 1 à 14 jours).
  • La plupart des résultats des tubes passifs sont inférieurs à la limite de quantification (qui est de 1.0 μg/m3). Seuls deux prélèvements donnent des résultats quantifiables : sur le site de Mont au cours de la 1ère puis la dernière semaine de mesures. Les deux seuls résultats quantifiables sont extrêmement proches de la limite de quantification et du même ordre de grandeur que les concentrations ubiquitaires dans l’air ambiant.
  • Pendant cette campagne de mesures d’un mois, les concentrations à Mont étaient globalement plus élevées qu’aux stations fixes de Lacq et Maslacq.

L’analyse des roses de pollution, des profils journaliers et des corrélations statistiques tend à montrer que, pour le H2S pendant cette campagne de mesures d’un mois, les sites de Mont et Maslacq sont impactés par une (ou plusieurs) source(s) identique(s) qui serai(en)t située(s) à l’Est du site de Mont et à proximité immédiate de ce site. Le site de Lacq quant à lui, semble également impacté par des émissions de H2S provenant de la direction de la plateforme industrielle de Lacq. Il est encore difficile à partir de ces résultats de conclure sur la présence et la localisation d’une ou plusieurs sources de H2S.

  • Aucune corrélation statistique significative n’est observée entre le H2S et les autres polluants et paramètres mesurés sur la zone de Lacq.

Les données brutes des analyseurs automatiques de H2S sur la zone de Lacq font l’objet de diffusion instantanée via différentes plateforme (site web d’Atmo Nouvelle-Aquitaine et plateforme ANETO notamment). Dans ce rapport, seules sont utilisées les données validées par Atmo Nouvelle-Aquitaine au regard des critères de validité métrologique.

AVERTISSEMENT : En novembre 2020, des investigations ont montré que les concentrations en H2S (mesures automatiques) pouvaient être dépendantes de la présence de COV (composés organiques volatils) soufrés. La présence d’interférences sur ces mesures a été observée suite à la confrontation des mesures d'H2S réalisées en continu par l'analyseur dédié de la station de Lacq avec les mesures de COV effectuées par un PTR-MS déployé dans le bassin de Lacq dans le cadre d'une étude exploratoire. Les concentrations en H2S peuvent donc refléter les concentrations d'H2S et de divers COV soufrés d'origine industrielle pas encore quantifiés à ce jour. D’autres investigations sont actuellement en cours.