Surveillance de la qualité de l'air autour de la Centrale Energie Déchets de Limoges Métropole (CEDLM)

Partager :
Surveillance de la qualité de l'air - Centrale Energie Déchets de Limoges Métropole (CEDLM)
Etude
Réalisée
Partenaire(s) :
Du
2 mai 2019
au
3 juin 2019

Limoges
Pourquoi cette étude ?

La Centrale Energie Déchets de Limoges Métropole (CEDLM) nécessite, selon ses obligations réglementaires, une surveillance atmosphérique autour de l’installation pour les polluants suivants : dioxines et métaux lourds.

Que peut-on en retenir ?

Dioxines et furannes dans les retombées atmosphériques

Les sites proches de la CEDLM présentent des I-TEQ très proches de celui du site témoin, le moins impacté par les rejets de l’incinérateur.

84 % des congénères mesurés sur l’ensemble des sites ont des concentrations inférieures aux limites de quantification.
Les valeurs des I-TEQ de l’ensemble des sites de mesure sont inférieures à la valeur de la médiane mesurée sur d’autres sites de mesures autour d’incinérateurs présents sur la Nouvelle-Aquitaine et faisant l’objet d’une surveillance par Atmo Nouvelle-Aquitaine depuis 2006.

L’impact de la CEDLM n’est pas visible sur les prélèvements de dioxines et furannes dans les retombées atmosphériques.

Dioxines et furannes dans l’air ambiant

En 2019, le site historique de « Beaubreuil » a été remplacé par le site « SEHV » présentant des caractéristiques géographiques proches.

La valeur de l’I-TEQ mesurée sur le site « SEHV » est comparable aux valeurs mesurées les années précédentes sur le site « Beaubreuil » (à l’exception de celle mesurée en 2018 dont l’origine ne pouvait être la CEDLM).

L‘I-TEQ mesurée au cours des la campagne de prélèvement se situe parmi les valeurs faibles rencontrées autour d’incinérateurs à l’échelle régionale.

Dioxines et furannes dans le lait de vaches

L'analyse des 17 congénères toxiques dans l'échantillon de lait de vache issu de l’exploitation agricole du Mas Levrault (en remplacement de celle du Bournazeau) donne un total de 0,38 pg I-TEQ OMS max/g de matière grasse.
L’I-TEQ en 2019 est parmi les valeurs faibles mesurées depuis 2013 et est très en dessous du niveau d’intervention fixé par la Commission Européenne.

Dioxines et furannes dans le miel

Le miel récolté au niveau des ruches implantées sur le site de la CEDLM présente des concentrations de dioxines et furanes en équivalent toxiques par gramme de matière grasse équivalentes aux miels achetés dans le commerce. Avec 0,21 pg I-TEQ max OMS / g de produit final, le miel récolté a une concentration bien en deçà du niveau d'intervention, fixé dans la recommandation de la CCE de 0,30 pg I-TEQ / g de produit.

Dioxines et furanes dans les végétaux

Les choux cultivés sur le site de Rilhac-Rancon présentent des teneurs en dioxines et furanes inférieures à celles des choux témoins cultivés dans les serres de la ville de Limoges durant la même période. Avec 0,07 ITEQ-OMS pg/g de matière fraiche, les concentrations en dioxines et furanes des choux prélevés restent faibles vis à vis des recommandations de la CCE (0,30 ITEQ OMS pg/g de matière fraiche).

Métaux lourds dans les retombées atmosphériques

Le site de fond de référence « La Borie », non exposé aux rejets de la CEDLM, présente des concentrations supérieures à celles des autres sites pour la plupart des composés. Le site « Ester », très bien exposé pendant la campagne, mais plus proche de l’incinérateur, a des concentrations parmi les plus basses pour l’ensemble des métaux lourds. L’origine des valeurs un peu plus élevées relevées sur « La Borie » ne peut donc pas en conséquence être la CEDLM.

Métaux lourds en air ambiant

Tous les composés hormis le cobalt, le thalium, le mercure particulaire et le chrome VI ont été quantifiés sur le prélèvement.

Les seuils réglementaires pour les métaux lourds ne sont valables qu’à l’échelle annuelle, et ne peuvent donc pas être appliqués dans le cadre de cette étude. Cependant, à titre indicatif, les concentrations mesurées sur le site « SEHV » sont largement inférieures aux valeurs réglementaires pour les 4 polluants concernés (nickel, arsenic, manganèse, plomb).

Les moyens mis en œuvre

Détail des métaux lourds analysés :

  • Antimoine (Sb) 
  • Arsenic (As
  • Cadmium (Cd
  • Chrome (Cr)
  • chrome hexavalent (CrVI)
  • Cobalt (Co
  • Cuivre (Cu) 
  • Manganèse (Mn) 
  • Mercure (Hg) 
  • Nickel (Ni
  • Plomb (Pb)
  • Thallium (Ti)
  • Vanadium (V)

Matrices de prélèvements : 

  • air ambiant
  • retombées atmosphériques
  • miel (issus des ruches de la CEDLM)
  • lait (récolté à la laiterie du Mas Levrault)
  • végétaux (choux frisés : cultivé dans les serres de la CEDLM)

Préleveurs : SEHV

Jauges OWEN :

  • Service équipement
  • La Borie
  • Ester (Legrand) 
  • Rilhac Rancon 
  • SEHV 
  • Les Cambuses
Polluant(s) concerné(s)
Dioxines - furanes
Métaux lourds (Plomb, mercure…)
Thématiques
Énergie Climat
Industrie
Zone(s) concernée(s)
CA Limoges Métropole
Région Nouvelle-Aquitaine
Limoges

En savoir plus, contactez :
M
Mathieu Lion