Suivi de l'observatoire des odeurs de Déméter Energies à Prin-Deyrançon (79) - 2020

Partager :
Observatoire des odeurs Demeter
Etude
Réalisée
Partenaire(s) :
Du
1 janvier 2020
au
1 mars 2021

Prin-Deyrançon (79)
Pourquoi cette étude ?

Poursuivre la connaissances des nuisances olfactives autour de l'unité de méthanisation en 2020 et de préciser la responsabilité ou non de Déméter Energies aux éventuelles nuisances perçues.

Que peut-on en retenir ?

La demande d’accompagnement de Déméter Énergies dans la mise en place, le suivi et l’animation d’un observatoire des odeurs, voit sa deuxième (et dernière) veille olfactive se terminer. Le dispositif de jury de nez riverains mis en place en 2018 avait pour objectif de construire un diagnostic des odeurs détectées à proximité de l’installation industrielle. Ce dispositif a permis d’élaborer un état des lieux des odeurs perçues autour de l’unité de méthanisation en 2018 et 2019. En 2020, une année civile complète de veille olfactive a permis de suivre les perceptions odorantes dans la même zone.

Éléments clefs à retenir de la participation du jury de nez

Les 14 nez mobilisés en 2020 ont permis d’obtenir des résultats significatifs. Leur mobilisation est tout à fait honorable avec environ 68% de participation. Peu d’observations spontanées sont réalisées : 3% au cours de la veille olfactive 2020. La faible proportion de perceptions indiquées de manière spontanée peut indiquer un faible niveau de nuisance olfactive.

Perception d’odeur

À chaque observation réalisée par les nez, une odeur n’est pas forcément perçue. Lorsqu’une odeur est perçue nous parlons de perception. Les perceptions enregistrées en 2020 sont analysées. Tout au long du temps dédié à la veille olfactive, 28% des jours sont odorants. Les odeurs déclarées par les nez font état d’odeurs très variées, aux intensités et aux niveaux de gêne partagés. Les nez perçoivent des odeurs de fleur, de cuisson, de brûlé, de déchets verts, d’épandages d’excréments ou de produits phytosanitaires et d’autres odeurs diverses et peu déclarées. La majorité des perceptions est d’intensité faible à très faible et de gêne peu ou pas gênante : 74% en 2020.

Perceptions situées sous ou hors vent de l’unité de méthanisation

Pour déterminer si les odeurs perçues proviennent possiblement de l’unité de méthanisation, les perceptions sont analysées par rapport à la vitesse et à la direction du vent. Une part non négligeable d’odeur (19%) est perçue « hors vent » provenant de Déméter Énergies. Cela signifie que lorsque l’odeur est détectée, le vent ne provient pas de l’installation industrielle. Cette dernière ne peut donc pas être incriminée pour l’odeur perçue. En 2020, 62% des odeurs perçues sont situées « sous le vent » de Déméter Énergies. Néanmoins, les odeurs perçues « sous le vent » de l’unité de méthanisation peuvent provenir d’autres sources odorantes.

Perceptions selon leur famille odorante, sous ou hors vent de l’unité de méthanisation

Les perceptions montrent une proportion élevée « sous le vent » de la famille odorante excrément, famille potentiellement évocatrice des activités de Déméter Énergies. Toutes les autres familles odorantes (déchets verts, épandages engrais, brûlé, parfum/fleur et autre) témoignent de pourcentages de perceptions « sous le vent » de Déméter Énergies compris entre 43% et 77%. Ces parts sont non négligeables.

La charge odorante, potentiellement générée par l’unité de méthanisation, n’est pas certaine. Même si 103 jours sur 366 sont odorants (au moins une odeur perçue), les odeurs renseignées ont en grande partie une origine autre que l’installation industrielle : barbecue, feu de cheminée, fleurs, foin, épandages de produits phytosanitaires, herbe coupée, sous-bois, fumée… Déméter Énergies n’est alors pas incriminé dans ces cas-là.

Il est important de garder à l’esprit que seules 8 perceptions de la famille excrément sur 104 au total sont qualifiées de très gênantes et 37 autres sont qualifiées de gênantes. Lorsque l’on regroupe ces perceptions, c’est 43% des perceptions excrément, soit moins de la moitié, qui sont gênantes ou très gênantes.

Déméter Énergies fait partie intégrante du paysage rural auquel l’unité de méthanisation appartient. Les odeurs perçues par les nez peuvent provenir d’activités agricoles autres que celles pratiquées dans le cadre de l’unité de méthanisation. En effet, les parcelles agricoles existantes sur le domaine d’étude de la veille olfactive ne sont pas toutes concernées par l’épandage du digestat produit par Déméter.

Les moyens mis en œuvre

Jury de nez

Polluant(s) concerné(s)
Odeurs
Thématiques
Odeurs
Agriculture
Zone(s) concernée(s)
CA du Niortais
Région Nouvelle-Aquitaine
Deux-Sèvres
Mauzé-sur-le-Mignon
Prin-Deyrançon

En savoir plus, contactez :
Mme
Louise Declerck