Suivi de l'observatoire des odeurs de Déméter Energies à Prin-Deyrançon (79) - 2018-2019

Partager :
header_demeter.png
Etude
Réalisée
Partenaire(s) :
Du
15 décembre 2017
au
31 mars 2020

Unité de méthanisation agricole à Prin-Deyrançon (79)
Pourquoi cette étude ?

Mise à jour du 11/12/2018

Dans le cadre de la mise en place d'une unité de méthanisation agricole avec production de biogaz sur le territoire de Prin-Deyrançon, Déméter Energies, a souhaité mettre en place un observatoire des odeurs, composé de 20 nez riverains, tous bénévoles, afin d’évaluer la situation odorante avant et après mise en service du site. Ces nez ont pour mission de faire des olfactions (au minimum deux par jour) pendant une semaine chaque mois durant environ 7 mois pour la période avant mise en service et durant 15 mois pour la période après mise en service.
 

 

Que peut-on en retenir ?

La demande d’accompagnement de Déméter Énergies dans la mise en place, le suivi et l’animation d’un observatoire des odeurs, voit sa première veille olfactive se terminer. Le dispositif mis en place est un jury de nez riverains, dont l’objectif est de construire un diagnostic des odeurs détectées à proximité de l’installation industrielle.

L’impact olfactif potentiel de l’unité de méthanisation est ainsi étudié depuis octobre 2018, commencement  de sa mise en fonctionnement. Son impact sur la survenue ou non de nuisances olfactives peut être évalué grâce à une première veille olfactive tenue de mars à octobre 2018, où l’unité de méthanisation ne fonctionnait pas.

Éléments clefs à retenir de la participation du jury de nez

Peu d’observations spontanées sont réalisées : 14% au cours de la veille initiale et 8% au cours de la veille en activité (mars à octobre 2019). La faible proportion de perceptions indiquées de manière spontanée peut indiquer un niveau de nuisance olfactive faible.

Éléments clefs à retenir des deux veilles olfactives de durée comparable :

(mars à octobre 2018 avant mise en fonctionnement de l’unité de méthanisation et mars à octobre 2019 après mise en fonctionnement)

Perception d’odeur

À chaque olfaction réalisée par les nez, une odeur n’est pas forcément perçue. Lorsqu’une odeur est perçue nous parlons de perception. Les perceptions enregistrées avant et après mise en activité de l’unité de méthanisation sont analysées et comparées. Tout au long du temps dédié aux veilles olfactives, 31% des jours sont odorants pour la veille initiale et 27% le sont pour la veille en activité. Les odeurs déclarées par les nez font état d’odeurs très variées, aux intensités et aux niveaux de gêne partagés. Les nez perçoivent des odeurs de fleur, de cuisson, de brûlé, de déchets verts, d’excréments et d’autres odeurs diverses et peu déclarées. La majorité des perceptions sont d’intensité faible à très faible et de gêne peu ou pas gênante : 68% en veille initiale et 74% en veille en activité.

Évolution avant/après mise en fonctionnement de l’unité de méthanisation

Quelle que soit la veille olfactive, les perceptions de la famille excrément sont principalement faibles à très faibles et non ou peu gênantes. Il en va de même pour la famille déchets verts et fleur. En revanche les odeurs de la famille épandage engrais sont pour moitié du temps déclarées soit fortes/très fortes et gênantes/très gênantes, soit faibles/très faibles et peu/pas gênantes.

La part d’odeurs appartenant à la famille excrément augmente de 73%, tout comme la famille fleur progresse de 130%. Ces deux familles ne possèdent pas le même niveau de nuisance olfactive. La confrontation des odeurs perçues aux vitesses et directions de vent permet de préciser le niveau de responsabilité de Déméter Énergies.

Perceptions situées sous ou hors vent de l’unité de méthanisation

Pour déterminer si les odeurs perçues proviennent de l’unité de méthanisation, les perceptions sont analysées par rapport à la vitesse et à la direction du vent. Une part non négligeable d’odeur est perçue hors vent provenant de Déméter Énergies. Cela signifie que lorsque l’odeur est détectée, le vent ne provient pas de l’installation industrielle. Cette dernière ne peut donc pas être incriminée pour l’odeur perçue. En veille initiale, 45% des odeurs perçues sont situées sous le vent de Déméter Énergies, 51% au cours de la veille en activité.
Néanmoins, les odeurs perçues sous le vent de l’unité de méthanisation peuvent provenir d’autres sources odorantes.

Perceptions selon leur famille odorante, sous ou hors vent de l’unité de méthanisation

Les perceptions comparées sur une période identique montrent une faible proportion « sous le vent » de la famille odorante excrément, famille pourtant évocatrice des activités de Déméter Énergies.
La charge odorante, potentiellement générée par l’unité de méthanisation, n’est pas significative. Même si 54 jours sur 203 sont odorants (au moins une odeur perçue), les odeurs renseignées ont en grande partie une origine autre que l’installation industrielle : barbecue, feu de cheminée, fleurs, paille brûlée, foin, épandages d’engrais, herbe coupée…
De plus, certaines perceptions laissent penser que ce sont des excréments de volaille ou chevaux : Déméter Énergies n’est alors pas incriminé dans ces cas-là.

Polluant(s) concerné(s)
Odeurs
Thématiques
Odeurs
Agriculture
Zone(s) concernée(s)
CA du Niortais
Région Nouvelle-Aquitaine
Deux-Sèvres
Mauzé-sur-le-Mignon
Prin-Deyrançon

En savoir plus, contactez :
Mme
Louise Declerck