Prélèvements actifs par canisters dans la zone de Lacq

Partager :
header_induslacq.png
Etude
Réalisée
Partenaire(s) :
Du
19 septembre 2019
au
17 mai 2021

Lacq (64)
Pourquoi cette étude ?

Des mesures actives par canisters et par pompage sur filtres ont déjà été réalisées entre novembre 2018 et mai 2019 chez un riverain habitant sur la commune de Lacq. Les prélèvements instantanés par canisters sont faciles à réaliser directement sur place par un riverain. Et ils permettent de réaliser un prélèvement au moment d’une bouffée odorant ou d’une irritation intense. La présente étude s'inscrit dans la poursuite de cette démarche. Des canisters sont mis à disposition de 3 riverains de la commune de Lacq. Ils pourront alors déclencher des prélèvements au moment des épisodes d’odeurs ou d’irritation intense.

Que peut-on en retenir ?

En début d’année 2019, des prélèvements ponctuels par canisters avaient été réalisés par un habitant de Lacq au moment d’épisode de gêne olfactive (ou d’irritation) intense.
À la suite de cette première série de prélèvements, il a été décidé de réitérer ces mesures par canisters.
Dans ce contexte, des lots de deux canisters ont été distribués à deux habitants de la commune de Lacq et un habitant de la commune de Maslacq : un nez formé à la reconnaissance des odeurs (riverain n°1) et deux non formés (riverains n°2 et 3). Les consignes étaient de déclencher les canisters au moment d’un épisode de gêne olfactive (ou d’irritation) intense.
Au cours de l’étude, 4 prélèvements ont été exploitables : le 01/10/19 et le 06/03/20 par le riverain n°1 et le 17/10/19 et le 29/11/19 par le riverain n°2.

Les principaux résultats cette étude sont les suivants :

  • Tous les prélèvements ont été réalisés lorsque les riverains pouvaient être considérés sous les vents

  • de la plateforme industrielle.

  • Les prélèvements réalisés par le riverain n°1 le 01/10/19 montrent de fortes concentrations en BTEX et en alcanes à l’intérieur du logement. Alors que ces composés présentent des concentrations inférieures aux limites de quantification à l’extérieur du logement. Le composé soufré CS2 a également été quantifié à l’intérieur du logement mais pas à l’extérieur. Ce qui suggère que la (ou les) source(s) de ces composés se trouve(nt) à l’intérieur de l’enceinte du bâtiment en question, ou y converge(nt), et non dans l’air ambiant. Cependant, la (ou les) source(s) n’ont pas pu être clairement identifiée(s).

  • Les prélèvements réalisés par le riverain n°2 le 17/10/19 montrent des concentrations faibles ou inférieures aux limites de quantification pour les BTEX, les alcanes et les composés soufrés DMDS et CS2. Des concentrations élevées en siloxanes sont mesurées à l’extérieur du logement ce qui suggère que ces composés étaient présents dans l’air ambiant et ont pu diffuser à l’intérieur du bâtiment. Cependant, la (ou les) source(s) n’ont pas pu être clairement identifiée(s).

  • Les prélèvements réalisés par le riverain n°2 le 29/11/19 montrent des concentrations en siloxanes de même ordre de grandeur à l’intérieur et à l’extérieur du logement mais bien plus faibles que celles relevées lors du prélèvement du 17/10/19.

  • Les prélèvements réalisés par le riverain n°1 le 06/03/20 (les deux canisters en extérieur et à des heures différentes) montrent une quantification du DMDS et du DMTS. Les siloxanes ont également été quantifiés, à des concentrations supérieures à celles relevées lors du prélèvement du 01/10/19.

Liens entre prélèvements et signalements d’odeurs sur la période :

  • Le 01/10/19, lors des prélèvements ponctuels par canisters du riverain n°1, il y a eu 9 signalements (1) d’odeurs.
  • Le 17/10/19, lors des prélèvements ponctuels par canisters du riverain n°2, il y a eu 23 signalements d’odeurs.
  • Le 29/11/19, lors des prélèvements ponctuels par canisters du riverain n°, il y a eu 12 signalements d’odeurs.
  • Le 06/03/20, lors des prélèvements ponctuels par canisters du riverain n°, il y a eu 13 signalements d’odeurs.

Les évocations des riverains ne peuvent être directement reliées à des molécules chimiques. En effet, une évocation est propre à chaque individu et dépend de son vécu personnel. Ainsi, pour une même odeur, les évocations peuvent être multiples et très variées en fonction de l’individu.
Les référents odorants cités par les nez formés à la reconnaissance des odeurs n’ont pas été détectés dans les prélèvements par canisters.

(1) Nez formés à la reconnaissance des odeurs et riverains non formés confondus.

Les moyens mis en œuvre

Canisters

Polluant(s) concerné(s)
Composés Organiques Volatils (benzène, toluène, Aldéhydes...)
Thématiques
Air intérieur
Industrie
Odeurs
Zone(s) concernée(s)
CC de Lacq-Orthez
Région Nouvelle-Aquitaine
Pyrénées-Atlantiques
Lacq

En savoir plus, contactez :
Mme
Fiona Pelletier