Plan de surveillance 2019 - Saint-Gobain Eurocoustic

Partager :
header_saint_gobain_eurocoustic.png
Etude
Réalisée
Partenaire(s) :
Du
6 septembre 2019
au
11 octobre 2019

Genouillac (23)
Pourquoi cette étude ?

Dans le cadre de son obligation réglementaire de surveillance de la qualité de l’air dans l’environnement, Saint-Gobain Eurocoustic a confié, depuis 2002 à Atmo Nouvelle Aquitaine la gestion et l’application de son plan de surveillance autour de son usine implantée à Genouillac (23 - Creuse).

Comme les années précédentes, des analyseurs automatiques de dioxyde d’azote (NO2), de dioxyde de soufre (SO2), de sulfure d’hydrogène (H2S) et de particules en suspension (PM10 et PM2.5) seront mis en place sur un site situé à l’Est-Nord-Est de l’usine.

Des mesures de certains métaux dans les retombées atmosphériques et dans l'air ambiant seront également réalisées.

 

Que peut-on en retenir ?

Des analyseurs automatiques d’oxydes d’azote (NO, NO2 et NOx), de dioxyde de soufre (SO2), de sulfure d’hydrogène (H2S), de particules en suspension (PM10 et PM2.5) ainsi que des préleveurs (actifs et passifs) de métaux ont été mis en place sur un site situé à l’Est-Nord-Est de l’usine d’octobre à décembre 2019.

Les principales conclusions sont les suivantes :

Métaux en air ambiant :

  • A titre indicatif, pour les métaux qui possèdent une valeur de référence annuelle, les concentrations mesurées lors de cette étude sont inférieures à ces valeurs de référence.

  • Dans l’ensemble les concentrations sont plus élevées lorsque l’exposition du site de prélèvement à Saint Gobain Eurocoustic est plus élevée, ce qui suggère que l’installation est bien à l’origine des niveaux mesurés.

  • Les concentrations des différents métaux lourds sont dans l’ensemble plus faibles que les valeurs des années précédentes.

Métaux dans les retombées :

  • A titre indicatif, pour les métaux qui possèdent une valeur de référence (allemande ou suisse), les concentrations mesurées dans les retombées sont supérieures à ces valeurs pour le nickel et l’arsenic. En revanche, dans le cas du plomb, la valeur de référence est respectée.
  • Les concentrations sont à la hausse en 2019 pour tous les métaux sauf le plomb par rapport à 2016 et 2017. Les valeurs de chrome, cuivre et nickel sont les plus élevées mesurées depuis 2012.

Dioxyde d’azote (NO2) :

  • Les concentrations NO2 sur le site de mesure de Genouillac sont proches de celles d’un fond rural (Zoodyssée), et inférieures à celles d’un fond urbain (Limoges-Berland).

  • A titre indicatif : la valeur limite pour la protection de la santé humaine, définie à l’échelle annuelle (40 μg/m3) est très largement respectée sur le site de Genouillac durant la période de mesure (7 μg/m3).

Dioxyde de soufre (SO2) :

  • Les concentrations mesurées durant la période sont en moyenne proches de celles mesurées sur le site industriel de Lacq.

  • A titre indicatif, sur la période de mesure, l’objectif de qualité pour le SO2 en moyenne annuelle (50 μg/m3) est largement respecté. De même, les deux valeurs limites définies à l’échelle annuelle (moins de 3 dépassements de 125 μg/m3 en moyenne journalière et moins de 24 dépassements de 350 μg/m3 en moyenne horaire) sont également respectées sur la période de mesure.

  • L’étude des concentrations en SO2 en fonction des directions de vent montre que les valeurs sont nettement plus élevées lorsque les vents viennent du sud-ouest (210-250), ce qui correspond aux vents par lesquels le site de mesure est exposé aux rejets de Saint Gobain Eurocoustic.

Hydrogène sulfuré (H2S) :

  • Les concentrations de fond en H2S dans l’air sont de l’ordre de 0.1 à 1 μg/m3. Les concentrations mesurées à proximité de Saint Gobain Eurocoustic sont donc supérieures aux niveaux de fond, et donc sous l’impact d’une source de H2S à proximité.

  • A titre indicatif, lors de la campagne de mesure les concentrations moyennes sont proches mais inférieures à la Valeur Toxicologique de Référence (VTR) « inhalation chronique » de l’US-EPA, fixée à 2 μg/m3 pour une exposition d’une vie entière.

  • Le seuil olfactif du H2S (7 μg/m3 en moyenne ½ heure, OMS) a été dépassé durant 3.8% du temps de la campagne.

  • La VTR inhalation aigüe (42 μg/m3 en moyenne horaire, OEHHA) a été dépassée 6 fois durant la campagne.

  • Les concentrations moyennes et maximales (données journalières) sont largement inférieures à la VTR préconisée par l’INERIS (100 μg/m3 sur 24h).

  • L’étude des concentrations en SO2 en fonction des directions de vent que les valeurs sont nettement plus élevées lorsque les vents viennent du sud-ouest (210-250°), ce qui correspond aux vents par lesquels le site de mesure est exposé aux rejets de Saint Gobain Eurocoustic.

Particules PM10 :

  • Pendant la période de mesures, les concentrations moyennes en PM10 observées à côté de Saint Gobain Eurocoustic sont supérieures à celles observées sur les stations de Limoges (trafic et fond urbain) et sur la station de Zoodyssée (fond rural).

  • A titre indicatif, la valeur limite en moyenne annuelle pour les PM10 (40 μg/m3) est respectée sur la période de mesures.

  • Le seuil de 50 μg/m3 à ne pas dépasser plus de 35 jours par an (valeur limite) a été dépassé 3 fois sur la période de mesures.

  • La rose de concentrations montre que les valeurs les plus fortes mesurées en PM10 proviennent du secteur Sud-Ouest, comme pour le SO2 et le H2S, soit par des vents en provenance de Saint Gobain Eurocoustic.

Particules PM2.5 :

  • A titre indicatif, la moyenne des concentrations journalières en PM2.5 sur la période (12 μg/m3) est inférieure à la valeur cible (20 μg/m3) et à la valeur limite (25 μg/m3), mais supérieure aux recommandations de l’OMS et à l’objectif de qualité pour la santé humaine (10 μg/m3).

  • L’OMS recommande également moins de trois dépassements de la moyenne journalière de 25 μg/m3. Ce seuil a été dépassé deux fois durant la période de mesure. Durant ces deux pics, les concentrations n’ont augmentées que sur le site de Genouillac, et pas sur les deux autres sites utilisés en comparaison. Il s’agissait donc bien d’une émission de proximité.

  • L’étude des concentrations en fonction de la direction des vents montre que les valeurs les plus fortes mesurées en PM2.5 proviennent du secteur Sud-Ouest, comme pour les PM10, le SO2 et le H2S, soit par des vents en provenance de Saint Gobain Eurocoustic.

Les moyens mis en œuvre

Analyseurs automatiques, préleveur et jauge de dépôt.

Polluant(s) concerné(s)
Dioxyde d'azote (NO2)
Dioxyde de soufre (SO2)
Métaux lourds (Plomb, mercure…)
Particules (PM10, PM2,5, PUF...)
Autres polluants
Thématiques
Industrie
Zone(s) concernée(s)
Région Nouvelle-Aquitaine
Creuse
Genouillac

En savoir plus, contactez :
Mme
Fiona Pelletier