Mesure des pesticides dans l'air - campagne 2018

Partager :
header_pesticides.png
Etude
Réalisée
Partenaire(s) :
Du
1 février 2018
au
31 décembre 2018

Bordeaux (33), Saint-Estèphe (33), Poitiers (86), Limoges (87), St Yrieix-la-Perche (87), Saint-Saturnin (17), Ychoux (40)
Pourquoi cette étude ?

L’objectif de la campagne 2018 est tout d'abord de continuer les mesures de pesticides déjà mis en place en Nouvelle-Aquitaine notamment dans les grandes zones urbaines de la région (Bordeaux, Limoges, Poitiers). Dans un deuxième temps, cette campagne entre dans un nouveau protocole de surveillance établit au niveau national avec le LCSQA, l'ANSES et les autres AASQA. Cette campagne nationale a pour but d'évaluer l'exposition moyenne de la population générale aux pesticides en air ambiant ainsi que d'évaluer la nécessité éventuelle de mettre en œuvre une surveillance nationale pérenne des pesticides dans l'air.6 sites participent à la campagne nationale. En parallèle, un site supplémentaire est échantillonné dans le cadre du projet de recherche REPPAIR. 

Que peut-on en retenir ?

En 2018, les mesures de pesticides ont été menées sur sept sites de la région Nouvelle-Aquitaine :

  • deux sites en zone urbaine avec un environnement agricole dominé par les grandes cultures à Limoges (Haute-Vienne) et Poitiers (Vienne),
  • deux sites dans un environnement mixte grandes cultures et vignes, l’un en zone urbaine à Bordeaux (Gironde) et l’autre en zone rurale dans le Cognaçais (Charente),
  • un site rural dans le Médoc (Gironde) dans un environnement viticole,
  • un site rural dans un environnement de maraîchage dans la communauté d’agglomération des Grands Lacs (Landes),
  • un site rural dans un environnement de vergers à Saint-Yrieix-la-Perche (Haute-Vienne).

Parmi les 67 molécules recherchées sur la Nouvelle-Aquitaine en 2018, 51 ont été détectées, dont 19 fongicides, 22 herbicides, 10 insecticides.

Malgré l’hétérogénéité de l’environnement agricole des sept communes et leur distance géographique, des substances actives communes ont été retrouvées parmi celles qui dominent dans l’air des sept sites en 2018.

Parmi ces substances, les principales sont :

  • le chlorothalonil (fongicide des céréales, aussi autorisé sur la vigne), molécule dominante excepté sur le Médoc, à Saint-Yrieix-la-Perche et dans la CC des Grands Lacs,
  • le folpel (fongicide de la vigne), molécule dominante notamment sur les sites entourés de vignes (Médoc, Cognaçais et bordeaux),
  • le prosulfocarbe, surtout utilisé comme herbicide des céréales d’hiver, il est très présent sur l’ensemble des sites,
  • le triallate, herbicide utilisé sur céréales et oléagineux, il est très présent sur la plupart des sites en 2018.

Les sites de Limoges, de Saint-Yrieix-la-Perche et de la CC des Grands Lacs présentent les concentrations les plus faibles. Ceci peut s’expliquer par une faible densité agricole autour des sites.

L'évolution des concentrations mesurées en site urbain ou en site rural au cours de l'année suit le calendrier
des traitements des cultures agricoles :

  • en zones de grandes cultures (Poitiers) les pics sont atteints au cœur des périodes de traitement duprintemps et de l’automne,
  • à proximité des vignes (Médoc, Cognaçais et Bordeaux), les pics sont atteints durant les traitementsfongicides de l’été.

L’explication la plus plausible de la présence de la majeure partie des molécules pesticides mesurées en zone urbaine reste le transfert des molécules par l'air depuis les surfaces agricoles vers les zones urbaines.

En 2018, le concentrations moyennes de fongicides ont été les plus élevées sur le site du Médoc, celles d’herbicides sur le site de Poitiers et celles d’insecticides sur le site du Cognaçais.

Enfin, la présence dans l’air des pesticides étant très dépendante des conditions météorologiques propices ou non à la contamination des cultures ou aux traitements, l’année 2018 a été marquée par des augmentation notables de plusieurs composés :

  • le folpel, fongicide de la vigne anti-mildiou, maladie cryptogamique due à un champignon pathogène,
  • le Phytophtora infestans,
  • le prosulfocarbe, la pendiméthaline et le triallate, herbicides utilisés notamment sur céréales d’hiver, permettant de lutter contre l’abondance des graminées,
  • le chlorpyriphos-méthyl, dont la hausse a été observée uniquement sur le site de Poitiers : c’est un insecticide utilisé en arboriculture et en viticulture mais également pour certains usages non agricoles.
Polluant(s) concerné(s)
Pesticides
Thématiques
Problèmes émergents / Attentes sociétales
Pesticides
Zone(s) concernée(s)
Région Nouvelle-Aquitaine
Saint-Saturnin
Gironde
Bordeaux
Saint-Estèphe
Haute-Vienne
Saint-Yrieix-la-Perche
Landes
Ychoux
Vienne
Poitiers

En savoir plus, contactez :
Mme
Florie Chevrier