Mesure de la qualité de l’air rue du Pont des Salines à La Rochelle

Partager :
header_pontdessalines_1.png
Etude
Réalisée
Partenaire(s) :
Du
10 septembre 2018
au
22 janvier 2019

Rue du Pont des Salines, La Rochelle (17)
Pourquoi cette étude ?

L’objectif de cette étude est d’évaluer l’impact du trafic routier sur la qualité de l’air rue du Pont des Salines à La Rochelle.
Le trafic routier étant la principale source d’émission des oxydes d'azote, et une source importante de particules fines, une station de mesure installée en bordure de cette rue permettra la mesure en continu de ces polluants pendant deux mois.

 

Que peut-on en retenir ?

À la demande de la Ville de La Rochelle, qui fait suite à des inquiétudes de riverains, une campagne de mesure de la qualité de l’air a été effectuée dans la rue du Pont des Salines. Les oxydes d’azote et les particules, polluants d’intérêt majeur en zone urbaine ou à proximité d’une voie de trafic, ont été suivis en continu durant deux mois au cours de l’automne 2018 (septembre - novembre).

Les mesures révèlent, dans la globalité de la campagne, des concentrations respectant les valeurs limites européennes et équivalentes ou légèrement supérieures à celles mesurées quotidiennement par les stations de mesures de fond urbain d’Atmo Nouvelle-Aquitaine implantées dans l’agglomération de La Rochelle mais inférieures aux stations sous influence du trafic routier, telles que celle implantée à Niort.

Le site situé dans la rue du Pont des Salines est soumis à l’impact du trafic routier avec des concentrations en NOx variant avec le nombre de véhicules circulant dans la rue mais le seuil de la valeur limite en NO2 fixé à 200 μg/m3 (à ne pas dépasser plus de 18h par an) est loin d’être atteint.

Le trafic routier n’est pas la seule source impactant la qualité de l’air de cette rue. En effet, le fond urbain, avec notamment le chauffage résidentiel, influence les concentrations en PM10. Par ailleurs, le seuil de la valeur limite réglementaire pour les PM10, fixé à 50 μg/m3 en moyenne journalière (à ne pas dépasser plus de 35 jours par an), n’a pas été dépassé au cours de la campagne. Les teneurs journalières suivent les mêmes évolutions que celles obtenues sur les deux stations fixes implantées dans l’agglomération de La Rochelle, dénotant le caractère global de ce polluant.

Polluant(s) concerné(s)
Dioxyde d'azote (NO2)
Particules (PM10, PM2,5, PUF...)
Thématiques
Observatoire de la qualité de l’air
Mobilité et transports
Zone(s) concernée(s)
Région Nouvelle-Aquitaine
Charente-Maritime
La Rochelle

En savoir plus, contactez :
Mme
Florie Chevrier