Mesure de la qualité de l'air intérieur dans un logement près d'un centre de contrôle automobile

Partager :
header_qairuedupleix.png
Etude
Réalisée
Partenaire(s) :
Du
6 décembre 2017
au
19 septembre 2018

La Rochelle, Charente-Maritime (Nouvelle-Aquitaine)
Pourquoi cette étude ?

Cette étude fait suite à des signalements de riverains : des odeurs gênantes (de type « gaz d’échappement ») ainsi que des poussières sont perçues à l’intérieur d’un logement dont les fenêtres donnent sur un nouveau centre de contrôle automobile.
L'objectif de cette étude est de mesurer la qualité de l'air à l’intérieur du logement et dans l’environnement extérieur.

Que peut-on en retenir ?

Des mesures de BTEX, NO2 et PM2,5 ont été réalisées à l’intérieur et à l’extérieur d’un logement situé à proximité immédiate d’un centre de contrôle technique automobile à La Rochelle. Ces polluants ont été mesurés lors de deux campagnes de mesure en phase hivernale (du 6 au 13 décembre 2017) puis en phase estivale (du 23 au 30 mai 2018).

Les conclusions de ces campagnes de mesures sont les suivantes :

BTEX :

  • Les concentrations moyennes (hiver/été) en BTEX à l’intérieur du logement sont inférieures aux valeurs médianes de la Campagne Nationale Logements (réalisée entre 2003 et 2005 dans 600 logements français),
  • Les concentrations en benzène à l’intérieur du logement (1,9 μg/m3 en hiver et 0,9 μg/m3 en été) sont largement inférieures à la valeur d’action rapide (10 μg/m3) et à la VGAI court terme (30 μg/m3),
  • La concentration moyenne hiver/été en benzène à l’intérieur (1,4 μg/m3) est inférieure à la VGAI long terme qui est de 2 μg/m3 en moyenne annuelle.

NO2 :

  • La concentration moyenne (hiver/été) en NO2 à l’intérieur du logement est du même ordre de grandeur que la valeur médiane de la Campagne Nationale Logements,
  • La concentration moyenne en NO2 à l’intérieur (moyenne hiver/été = 14,6 μg/m3) est inférieure à la VGAI long terme qui est de 20 μg/m3 en moyenne annuelle,
  • Le seuil de la valeur limite (40 μg/m3 en moyenne annuelle) pour le NO2 n’est pas dépassé lors de cette étude (moyenne hiver/été = 28.3 μg/m3).

PM2,5 :

  • La concentration moyenne (hiver/été) en PM2,5 à l’intérieur du logement est légèrement plus faible que la valeur médiane de la Campagne Nationale Logements,
  • Les concentrations en PM2,5 à l’intérieur du logement sont très inférieures aux valeurs de référence existantes (court ou long terme).
Polluant(s) concerné(s)
Composés Organiques Volatils (benzène, toluène, Aldéhydes...)
Dioxyde d'azote (NO2)
Particules (PM10, PM2,5, PUF...)
Thématiques
Air intérieur
Observatoire de la qualité de l’air
Zone(s) concernée(s)
Région Nouvelle-Aquitaine
Charente-Maritime
La Rochelle

En savoir plus, contactez :
Mme
Fiona Pelletier