Évaluation de l'impact des paquebots sur la pollution de l'air à Bordeaux

Partager :
header_etudepaquebotsbdx.png
Etude
Réalisée
Du
5 avril 2018
au
1 juin 2018

Quai Louis XVIII, Bordeaux (33)
Pourquoi cette étude ?

L’objectif de cette étude est d'évaluer l'impact sur la qualité de l'air des paquebots maritimes et des navires fluviaux faisant escale sur les quais de Bordeaux. Le dispositif déployé pour cette campagne va s’appuyer sur deux techniques de mesures complémentaires :

  •  Une station de mesure mobile, installée sur les quais, rive gauche, mesurant 24h/24, les niveaux de particules en suspension (PM10), des oxydes d’azote (NOx), et du dioxyde de soufre (SO2).
  • Une cartographie par échantillonneurs passifs. En parallèle, douze points de prélèvements par échantillonneurs passifs mesurant les concentrations hebdomadaires de dioxyde d’azote (NO2) et de dioxyde de soufre (SO2) seront répartis autour du port maritime (rive gauche et rive droite) afin de réaliser une cartographie spatiale des niveaux relevés.

En complément de la cabine mobile et des échantillonneurs passifs une expérimentation de mesures avec trois micro-capteurs fixes viendra compléter le dispositif pour suivre en continu les niveaux de NO2 et PM10.

Que peut-on en retenir ?

Finalement, cette étude montre que le trafic de paquebots maritimes a un impact négligeable sur les concentrations d’oxydes d’azote (NOx) et de particules PM10 sur les quais de Bordeaux. En effet, sur le Quai Louis XVIII, même si l’arrivée et le départ d’un paquebot maritime peuvent être caractérisés par une hausse ponctuelle des concentrations en NOx et PM10 (lors de vents issus d’un secteur est), le trafic routier et le fond urbain sont les sources majoritaires influençant respectivement les concentrations en NOx et PM10.

Un pic de dioxyde de soufre (SO2), très inférieur à la valeur limite réglementaire, lié aux paquebots maritimes a été observé sur le Quai Louis XVIII, mais globalement les concentrations demeurent très faibles et nettement inférieures aux valeurs limites réglementaires et aux recommandations de l’OMS.
En outre, la rive droite de la Garonne n’est pas impactée par les activités fluviale et maritime.

Les moyens mis en œuvre

14 sites de mesure ont été choisis pour l’étude :

  • un laboratoire mobile installé sur le Quai Louis XVIII, rive gauche, mesurant 24h/24, les niveaux de particules en suspension (PM10), des oxydes d’azote (NOx), et du dioxyde de soufre (SO2) près des quais des paquebots maritimes,
  • douze points de prélèvement par échantillonnage passif répartis autour du port maritime (rive gauche et rive droite de la Garonne) mesurant les concentrations hebdomadaires de dioxyde d’azote (NO2) et de SO2,
  • trois micro-capteurs pour suivre en continu les niveaux de NO2 et PM10.

 

Polluant(s) concerné(s)
Dioxyde d'azote (NO2)
Dioxyde de soufre (SO2)
Particules (PM10, PM2,5, PUF...)
Thématiques
Observatoire de la qualité de l’air
Mobilité et transports
Zone(s) concernée(s)
Bordeaux Métropole
Région Nouvelle-Aquitaine
Gironde
Bordeaux

En savoir plus, contactez :
Mme
Florie Chevrier