Etude de la qualité de l'air intérieur à l'école élémentaire Les Grandes Varennes - La Rochelle (17)

Partager :
header_salledeclasse.png
Etude
Réalisée
Partenaire(s) :
Du
2 octobre 2017
au
15 décembre 2017

Ecole élémentaire Les Grandes Varennes - La Rochelle (17)
Pourquoi cette étude ?

Dans le cadre du projet Impact’air, une salle de classe de l’école des Grandes Varennes avait déjà été investiguée grâce à des moyens de mesures dynamiques et passifs. L’étude avait eu lieu sur 5 semaines en février/mars 2015. Les mesures portaient sur les polluants suivants : formaldéhyde, CO2 et une liste de 31 composés organiques volatils. Les mesures avaient été réalisées dans la classe vide de meuble, puis avec mobilier mais sans occupant, puis en occupation normale. De plus, en occupation normale, différents scénarii d’aération avaient été mis en place pour en observer l’impact sur la qualité de l’air. 
Suite à cette étude Impact’air (ADEME - 2016) ainsi qu’à la réalisation de travaux de peinture (peinture spéciale avec capteurs de formaldéhyde) dans la même salle de classe, de nouvelles mesures sont réalisées afin d’évaluer l’impact de la peinture sur la qualité de l’air intérieur de cette salle. 

 

Que peut-on en retenir ?

Des mesures de COV, aldéhydes, CO2, confinement et paramètres de confort ont été réalisées à l’intérieur et à l’extérieur de l’école des Grandes Varennes à La Rochelle. Ces polluants sont mesurés lors de deux campagnes de mesures, en phase estivale (du 2 au 6 octobre 2017) et en phase hivernale (du 11 au 15 décembre 2017. Les conclusions de ces 2 campagnes de mesures sont les suivantes :

  • L’évolution des concentrations en CO2 est bien corrélée avec les périodes d’occupation de la salle de classe.
  • Les concentrations en CO2 sont élevées pendant les périodes d’occupation et dépassent pendant 96% du temps d’occupation la valeur seuil du Règlement Sanitaire Départemental (qui est de 1300 ppm).
  • L’indice de confinement est extrême (ICONE = 5) dans la salle de classe du Directeur des Grande Varennes. La réglementation [3] préconise dans ce cas-là de mettre en place des actions rapides pour identifier les facteurs à l’origine du confinement et le réduire.
  • Les concentrations en COV dont celles du benzène sont faibles et légèrement inférieures à celles mesurées en 2015. Les concentrations en COV dont celles du benzène sont inférieures ou du même ordre de grandeur que les résultats des études comparatives françaises ou européennes.
  • Les concentrations en aldéhydes (sauf formaldéhyde) sont faibles et légèrement inférieures à celles mesurées en 2015. Les concentrations en aldéhydes (sauf formaldéhyde) sont inférieures ou du même ordre de grandeur que les résultats des études comparatives françaises ou européennes.
  • Les concentrations en formaldéhyde sont légèrement plus faibles que celles mesurées en 2015. Cependant, elles sont légèrement plus élevées que les résultats des études comparatives françaises ou européennes. Et la moyenne été/hiver aux Grandes Varennes (30.2 μg/m3) est très légèrement supérieure à la Valeur Guide en Air Intérieur (30 μg/m3 en moyenne annuelle).
  • Enfin, les résultats de ces campagnes de mesures ne permettent pas de conclure sur l’efficacité de la peinture « qui capte » le formaldéhyde.
Polluant(s) concerné(s)
Composés Organiques Volatils (benzène, toluène, Aldéhydes...)
Gaz à effet de Serre (CO2, méthane, protoxyde d'azote…)
Thématiques
Air intérieur
Observatoire de la qualité de l’air
Zone(s) concernée(s)
Région Nouvelle-Aquitaine
Charente-Maritime
La Rochelle

En savoir plus, contactez :
Mme
Fiona Pelletier