Campagne de mesure de la qualité de l'air sur Bordeaux Métropole - 2018-2019

Partager :
header_zcr_bdx.png
Etude
Réalisée
Partenaire(s) :
Du
15 novembre 2018
au
15 février 2019

Bordeaux Métropôle (33)
Pourquoi cette étude ?

Bordeaux Métropole a sollicité Atmo Nouvelle-Aquitaine afin de réaliser une étude de la qualité de l’air avec comme objectif d’évaluer les niveaux rencontrés en milieu urbain à proximité des axes routiers, ceci à des fins de diagnostics mais également en vue d’améliorer la précision des outils utilisés au sein d’Atmo Nouvelle-Aquitaine pour le compte de la métropole.

Une campagne de mesure approfondie de la qualité de l’air est ainsi menée sur la métropole bordelaise, afin d’évaluer les niveaux en dioxyde d’azote (NO2) et particules en suspension (PM10). 

 

Que peut-on en retenir ?

La campagne de mesures réalisée sur l’hiver 2018-2019 dans le cadre de cette étude a permis d’évaluer les niveaux dioxyde d’azote NO2 et en particules PM10 à proximité du trafic routier dans des zones où la modélisation montre des concentrations importantes et où la population y est majoritairement exposée.

Résultats des mesures

En ce qui concerne les niveaux en dioxyde d’azote NO2, il en ressort les éléments suivants :

  • Les niveaux sur le laboratoire mobile situé cours d’Albret sont proches de la valeur limite fixée à 40 μg/m3 en moyenne annuelle, valeur donnée à titre indicative, puisqu’une moyenne de 38,5 μg/m3 est observé sur Albret ; la concentration moyenne annuelle observée sur la station Gautier sur l’année 2018 étant de 39,9 μg/m3 alors qu’elle est de 45,4 μg/m3 pendant la campagne de mesures.
  • La mesure par échantillonnage passif a montré que deux tiers des sites positionnés en proximité automobile ont des concentrations supérieures à 40 μg/m3, la valeur limite à ne pas dépasser en moyenne annuelle.

Pour les particules PM10, on note que les niveaux sur le laboratoire mobile situé cours d’Albret évoluent entre les niveaux des stations fixe de fond urbain (moyenne des 3 stations à 19,3 μg/m3) et les niveaux de la station de Gautier (26,5 μg/m3). Même s’ils restent éloignés de la valeur limite fixée à 40 μg/m3 en moyenne annuelle, les niveaux rencontrés sur Albret sont supérieurs à la valeur guide OMS fixé à 20 μg/m3 en moyenne annuelle, la valeurs limite et la valeur seuil étant fournies à titre indicatif.

Evolution par rapport à 2010 et 2015

En confrontant les résultats de la campagne tubes passifs avec ceux des campagnes hivernales 2010 et 2015, on observe une baisse relative des niveaux en NO2 d’environ 20% sur les sites de fond entre 2010 et 2018 ainsi qu’une baisse relative d’environ 35% sur les sites de proximité automobile sur la même période. Ces résultats rejoignent les analyses issues du bilan des données 2018 sur la Nouvelle-Aquitaine et s’explique principalement par les avancées technologiques des moteurs thermiques moins émetteurs d’oxydes d’azote aujourd’hui qu’il y a huit ans.

Expérimentation des micro-capteurs

L’intégration des micro-capteurs au cours de cette étude a permis de montrer le fort intérêt de ces appareils pour disposer d’une mesure complémentaire à la mesure réglementaire existante.

Les moyens mis en œuvre

Les outils de mesures déployés sont :

  • 2 stations mobiles : une première Place Reynal et une deuxième Quai Richelieu sur Bordeaux

  • 3 micro-capteurs : un sur la station mobile Place Reynal, un autre Cours Georges Clémenceau et le dernier Cours de la Marne sur Bordeaux

  • 54 sites d’échantillonnage par tubes passifs sont installés sur Bordeaux Métropole.

 

Polluant(s) concerné(s)
Dioxyde d'azote (NO2)
Particules (PM10, PM2,5, PUF...)
Thématiques
Observatoire de la qualité de l’air
Mobilité et transports
Zone(s) concernée(s)
Bordeaux Métropole
Région Nouvelle-Aquitaine
Gironde
Bordeaux

En savoir plus, contactez :
M
Benoît Duval