Modélisation des concentrations de NO2 sur le bassin de Brive en 2016

Années concernées :
2016
mod_brive_no2_2016.png

Les oxydes d’azote en zones urbaines sont très majoritairement issus du trafic routier. C’est donc le long des axes à fort trafic que l’on retrouve les concentrations les plus élevées. Sur la carte de concentrations moyennes annuelles de NO2 de l’agglomération de Brive-la-Gaillarde, on constate des niveaux élevés sur l’autoroute A20 et les grands boulevards périphériques pour lesquels la valeur limite réglementaire, fixée à 40 μg/m3, est dépassée (ce dépassement, constaté uniquement par modélisation, n’est pas pris en compte
dans le reporting européen).

Partager :