Bilan 2020 de la surveillance des pollens en Nouvelle-Aquitaine

Partager :
Pollens de cyprès

Atmo Nouvelle-Aquitaine participe à la surveillance des pollens présents dans l’air de la région, en mesurant et en informant chaque semaine sur les pollens et leurs risques en cours.
Des stations de surveillance et des pollinariums sentinelles® permettent de surveiller les pollens allergisants en Nouvelle-Aquitaine.

Sur la région Nouvelle-Aquitaine, la saison pollinique 2020 a été très impactée par la COVID-19. En effet, seuls les sites d’Agen et Périgueux ont pu continuer à prélever pendant la période de confinement. Pour le reste des sites, le confinement n’a pas permis de mesurer les pollens printaniers de certains arbres.
C’est pourquoi, sur tous ces sites, le nombre de pollens a fortement diminué en 2020 et est difficilement exploitable.
Cependant, cette diminution s’observe aussi sur les capteurs d’Agen (-73%) et Périgueux (-33%), qui pourtant ont prélevé pendant toute la saison.
On peut donc dire que l’on observe une baisse générale du nombre de pollens en 2020 par rapport aux années précédentes.
Cependant, grâce au RNSA, il a été possible, pendant la période de confinement, de continuer à informer la population sur les pollens allergisants présents dans l’air et sur les risques allergiques en cours.
On observe que le risque allergique d’exposition aux pollens est plutôt stable par rapport aux années précédentes, malgré la concentration plus faible de pollens dans l’air.

Sur la région Nouvelle-Aquitaine, Mareuil et Angoulême continuent d’être impactées par l’ambroisie, étant localisées au centre de plusieurs territoires colonisés par cette plante invasive.
Par rapport à 2019, on observe une légère hausse (+14% en moyenne sur la région).
Seuls Mareuil et Angoulême présentent des niveaux élevés, en hausse par rapport à 2019 (respectivement +25% et +74%), se rapprochant des taux mesurés en 2018.
Sur le reste de la région Nouvelle-Aquitaine, les index polliniques des autres sites sont relativement stables.

Selon le RNSA, à l’échelle française : « Après une année 2019 avec une diminution globale des intégrales polliniques (somme des concentrations journalières), une augmentation de 3% en moyenne est à noter cette année sur les sites les plus infestés par les pollens d’ambroisie. Cette tendance est très variable d’un site à l’autre… Le nord de la Nouvelle-Aquitaine (notamment à Mareuil et Angoulême) montre également une augmentation non négligeable des concentrations en pollens d’ambroisie… »