Partager :

En 2019, grâce à son dispositif de surveillance des pesticides, Atmo Nouvelle-Aquitaine a détecté la présence systématique de sept substances actives sur l’ensemble de ses sites de prélèvement d'air. Et ce, malgré l’hétérogénéité de leur environnement agricole et leur distance aux parcelles. Parmi ces molécules ubiquistes prédominent deux fongicides (folpel et chlorothalonil) et deux herbicides (pendiméthaline et S-métolachlore). Autre enseignement de cette 19e année de mesure : en 2019, les concentrations moyennes de pesticides dans l'air ont diminué par rapport à 2018.

4 molécules dominent

La campagne 2019 de mesure des pesticides a mis en évidence que, malgré l’hétérogénéité de l’environnement agricole des sites étudés et quelle que soit leur distance aux parcelles agricoles, quatre substances actives dominent systématiquement dans l’air :

  • le folpel (fongicide de la vigne), molécule dominante notamment sur les sites entourés de vignes (Cognaçais et Bordeaux) ;
  • le chlorothalonil (fongicide des céréales, aussi autorisé sur la vigne), molécule dominante à Poitiers et Limoges ;
  • la pendiméthaline (herbicide à large spectre d’action qui peut être utilisée aussi bien au printemps sur du colza ou du maïs qu’à l’automne sur des céréales d’hiver), molécule dominante à Poitiers et dans le Cognaçais ;
  • le S-métolachlore (herbicide utilisé sur maïs et oléagineux), présent sur l’ensemble des sites.

Cumuls hebdomadaires moyens des concentrations en fongicides (à gauche) et herbicides (à droite) sur chaque site de référence d'Atmo Nouvelle-Aquitaine en 2019

Concentrations de fongicides dans l'air en Nouvelle-Aquitaine en 2019
Concentrations d'herbicides dans l'air en Nouvelle-Aquitaine en 2019

Des résultats cohérents avec le calendrier des traitements agricoles

L'évolution des concentrations mesurées en site urbain ou en site rural au cours de l'année suit le calendrier des traitements des cultures agricoles : 

  • en zones de grandes cultures (Poitiers et Cognaçais) les pics sont atteints au cœur des périodes de traitement du printemps, de l’automne et de l’hiver,
  • à proximité des vignes (Cognaçais et Bordeaux), les pics sont atteints durant les traitements fongicides de l’été.

Ceci illustre le transfert aérien des molécules depuis les surfaces agricoles vers les zones urbaines.

Concentrations de pesticides dans l'air dans le Cognaçais en 2019

Cumul des concentrations hebdomadaires de pesticides par usage sur le site du Cognaçais 2019

6 pesticides interdits retrouvés dans l'air

En 2019, quatre insecticides interdits d’utilisation ont été détectés dans l’air. Parmi eux, le lindane a pu être quantifié sur chacun des sites de surveillance. Il a été détecté sur la quasi-totalité des prélèvements hebdomadaires : 77 % des prélèvements d'air en contenaient dans le Cognaçais. Ce pourcentage s'élève à 100 % sur le site de Bordeaux. Cet insecticide est interdit d’usage agricole depuis 1998 mais il persiste dans l’environnement depuis cette date. 

Deux herbicides interdits d'usage ont aussi été quantifiés dans l'air (à très faible concentration) sur les sites de Limoges, Poitiers et du Cognaçais :

  • la terbuthylazine, interdite depuis 2004 sur la vigne et depuis 2002 pour les autres usages, mais à nouveau autorisée depuis 2017 sur le maïs uniquement et avec des contraintes d'application ;
  • la trifluraline, interdite depuis 2008 mais qui est une molécule rémanente.

Des concentrations en baisse en 2019

La présence dans l’air des pesticides est très dépendante :

  • des conditions météorologiques (qui peuvent être propices ou non à la contamination des cultures et faciliter ou non l’application des pesticides) ;
  • de la réglementation liée à l’utilisation des pesticides.

Ainsi, l’année 2019 a été marquée par la diminution des concentrations de cinq pesticides dans l'air :

  • le folpel, fongicide de la vigne anti-mildiou, maladie cryptogamique due à un champignon pathogène ;
  • le chlorothalonil, fongicide utilisé sur les céréales ;
  • le prosulfocarbe, la pendiméthaline et le triallate, herbicides utilisés notamment sur les céréales d’hiver.
Evolution historique des concentrations de pesticides dans l'air en Nouvelle-Aquitaine

Évolution inter-annuelle du cumul hebdomadaire moyen des concentrations de pesticides dans l'air sur les sites de référence d'Atmo Nouvelle-Aquitaine

Une méthode robuste

Neuf sites étudiés en 2019

Atmo Nouvelle-Aquitaine surveille les pesticides dans l’air depuis 19 ans. Cela permet à nos ingénieur.es de tracer un historique riche d’enseignements. En 2019, les pesticides ont été recherchés sur quatre sites fixes de référence de la région Nouvelle-Aquitaine :

  • Limoges et Poitiers : 2 sites en zones urbaines entourées d'un environnement agricole dominé par les grandes cultures ;
  • Bordeaux et Cognaçais : 2 sites dans un environnement mixte grandes cultures et vignes, le premier en zone urbaine et le second en zone rurale.

NB : la contamination de l'air par les pesticides a aussi été étudiée en 2019 sur cinq autres sites, dans le cadre d'études complémentaires :

  • 3 sites ruraux dans le cadre de la campagne nationale exploratoire de mesure des résidus de pesticides dans l’air ambiant : Médoc, Landes-Grands Lacs et Saint-Yrieix-la-Perche ;
  • 2 sites dans le cadre d'études locales à Montroy (17) et Parempuyre (33).

30 prélèvements d'air répartis au fil de l'année

Sur les quatre sites fixes, la campagne de mesure 2019 s’est déroulée de janvier à décembre. Les prélèvements d'air ont été réalisés à raison de 30 ou 31 prélèvements hebdomadaires.

C'est un préleveur bas débit qui a été utilisé conformément aux normes en vigueur. L’analyse des prélèvements a été réalisée par le laboratoire IANESCO (Poitiers). Entre 68 et 106 molécules appartenant à cinq familles différentes de pesticides ont été recherchées selon les sites :

  • 39 herbicides ;
  • 34 insecticides ;
  • 31 fongicides ;
  • 1 acaricide ;
  • 1 rodenticide.
teaser_preleveur.png

Atmo Nouvelle-Aquitaine réalise ses prélèvements de pesticides dans l'air selon la norme AFNOR XP X43-058.

Cette surveillance s'inscrit dans le cadre du PRSE Nouvelle-Aquitaine. Elle a bénéficié d'un soutien financier de la DREAL Nouvelle-Aquitaine.
PRSE Nouvelle-Aquitaine
logo de la Préfecture de région Nouvelle-Aquitaine

​Pour aller plus loin

Lexique :

  • pesticide : ce terme désigne les substances utilisées dans la lutte contre les organismes jugés indésirables par l'homme (plantes, champignons, etc.). Il est souvent employé dans le cadre des usages agricoles. Or, il englobe également les usages non agricoles,
  • acaricide : pesticide utilisé contre les acariens,
  • fongicide : pesticide destiné à lutter contre les maladies des plantes provoquées par des champignons,
  • herbicide : pesticide destiné à lutter contre les adventices (ou « mauvaises herbes ») des cultures,
  • insecticide : pesticide destiné à protéger les cultures, la santé humaine et le bétail contre les insectes,
  • rodenticide : pesticide utilisé contre les rongeurs.

Quelle différence entre le fait de détecter ou de quantifier une molécule dans l'air ?

  • Molécule détectée : molécule détectée sous forme de trace dans l'air ;
  • Molécule quantifiée : molécule détectée en quantité suffisante permettant de déterminer sa concentration dans l’air.

Réglementation : alors qu’il existe pour l’eau ou les aliments des normes relatives à la concentration maximale des pesticides à ne pas dépasser, il n’existe pas à ce jour de norme concernant la présence des pesticides dans l’air. Et pourtant, chaque année, quel que soit le site étudié (rural ou urbain), Atmo Nouvelle-Aquitaine détecte des molécules pesticides dans ses prélèvements d’air.