Partager :

La journée nationale de la qualité de l’air du 14 octobre est l’occasion de vous présenter les nouvelles lignes directrices mondiales relatives à la qualité de l’air publiées par l’OMS le 22 septembre dernier. Elles ont un impact non négligeable en Nouvelle-Aquitaine. Ainsi, par exemple, à l’échelle de la métropole bordelaise, les niveaux de pollution de l'air par les PM2,5 dépassent les nouveaux seuils de référence sur tout le territoire.

Des seuils de référence plus exigeants pour l'OMS

Les données collectionnées par l’OMS montrent que la pollution atmosphérique a un impact nocif sur la santé à des concentrations plus faibles que ce qui était admis jusqu’alors. Pour y remédier, les nouvelles lignes directrices de l’OMS abaissent la quasi-totalité de ses seuils de référence de concentrations des principaux polluants atmosphériques : particules en suspension (PM), ozone (O₃), dioxyde d’azote (NO₂) et monoxyde de carbone (CO). Seul le dioxyde de soufre (SO₂) voit son seuil augmenter.

L’OMS précise également que le dépassement de ces nouveaux seuils est associé à des risques importants pour la santé, tandis que le respect de ces seuils peut sauver des millions de vies. Si ces nouveaux seuils étaient respectés, près de 80% des décès liés aux PM2,5 pourrait être évités.

Seuils de référence recommandés en 2021 par rapport à ceux figurant dans les lignes directrices sur la qualité de l'air de 2005

Seuils de référence recommandés en 2021 par l'OMS par rapport à ceux figurant dans les lignes directrices sur la qualité de l'air de 2005 - Source OMS

Quel impact des nouveaux seuils de référence de l’OMS en Nouvelle-Aquitaine ?

Sur la base d’une année standard (année 2019), Atmo Nouvelle-Aquitaine a comparé pour la région le nombre de départements, mais aussi le nombre de stations impactées par les nouveaux seuils de référence préconisés par l’OMS pour 3 polluants : PM2,5, PM10 et NO2

Ainsi avec ces nouveaux seuils, Atmo Nouvelle-Aquitaine dénombre 11 départements  exposés à un dépassement pour le dioxyde d’azote, contre 0 avec les anciens seuils.

 

VG OMS COMPARAISON 2005/2021 NO2 EXPOSITION CHRONIQUE

 

 

 

VG OMS COMPARAISON 2005 2021 - PM10 - EXPOSITION CHRONIQUE

 

 

VG OMS COMPARAISON 2005 2021 - PM10 - EXPOSITION PONCTUELLE

 

 

VG OMS COMPARAISON 2005 2021 - PM2.5 - EXPOSITION CHRONIQUE

 

 

VG OMS COMPARAISON 2005 2021 - PM2.5 - EXPOSITION PONCTUELLE

 

 

Zoom sur Bordeaux Métropole

A l’échelle de la métropole, 100% de la population pourraient être exposés à des niveaux de pollution supérieurs aux nouvelles préconisations de l’OMS pour les PM2,5 (contre 45% avec l’ancien seuil OMS). Pour les PM10, 80% de la population pourraient être concernés (contre 0% avec l’ancien seuil).

 

VG OMS 2005 - PM10 - population et surfaces exposées

 

 

VG OMS 2021 - PM10 - population et surfaces exposées

 

 

VG OMS 2005 - PM2.5 - population et surfaces exposées

 

 

VG OMS 2021 - PM2.5 - population et surfaces exposées

 

Quelles différences avec les seuils réglementaires nationaux ?

Les seuils réglementaires en France sont issus de directives européennes, déclinées en droit français dans des décrets ou arrêtés. Ils imposent des limitations strictes aux différents acteurs (Etat, collectivités, acteurs économiques...). Ces seuils réglementaires ne sont pas directement alignés sur les seuils de référence définis par l’OMS.

Les nouvelles lignes directrices de l’OMS ne sont pas contraignantes d’un point de vue juridique. Elles ont néanmoins pour vocation d’orienter la législation et les politiques visant à réduire les niveaux de polluants atmosphériques, et à diminuer la charge de morbidité résultant de l’exposition à la pollution de l’air dans le monde.

D'ailleurs l’Anses, dans son avis du 6 octobre dernier, propose de revoir à la baisse les seuils réglementaires d’information et d’alerte pour garantir une meilleure protection de la santé des populations : "Ces seuils devraient se rapprocher des nouvelles valeurs guides (lignes directrices) pour l’action de court terme publiées récemment par l’OMS, qui traduisent de nouvelles connaissances épidémiologiques disponibles." Le Conseil national de l’air, dans lequel Atmo France siège, s’est saisi de ce point et devrait formuler prochainement un avis.

Des mesures pour réduire la pollution de l’air sont déjà mises en œuvre en Nouvelle-Aquitaine. Atmo Nouvelle-Aquitaine apporte une aide à la décision aux organisations qui veulent réduire les émissions de polluants atmosphériques. Les activités concernées sont nombreuses : déplacements, chauffage, agriculture, industrie... Travaillons ensemble au service de la santé des habitants et habitantes de Nouvelle-Aquitaine !