Partager :

Les températures très clémentes de cette fin de mois favorisent le retour des pollens en Nouvelle-Aquitaine. Associés aux niveaux élevés de pollution de l’air, les pollens peuvent augmenter les risques d’allergies.

Des pollens en hausse

Les températures très douces depuis deux semaines ont accéléré la croissance des végétaux. Les arbres allergènes, pollinisent plus tôt que prévu. En février, nous rencontrons les pollens de frêne, de cyprès et d’aulne qui provoquent les risques allergiques les plus élevés. Quelques pollens de noisetier sont également présents mais dans une moindre mesure

De plus en plus d'allergiques aux pollens

Les allergies aux pollens en France

En France, entre 20% et 30% de la population serait concernée par ces pollinoses (allergies aux pollens) ou rhumes des foins (quand il s'agit d'une allergie aux pollens de graminées), notamment la rhinite allergique qui constitue un facteur de risque important de l’asthme

La pollution de l'air facteur aggravant pour les allergiques aux pollens

Les conditions météorologiques observées ces derniers jours, peu favorables à la dispersion de la pollution atmosphérique, contribuent à une augmentation des concentrations en particules en suspension (PM10) dans l'air.

Cette pollution aggrave la sensibilité aux allergies. Elle fragilise le système immunitaire, les voies respiratoires et favorise les réactions pathologiques.

Les allergiques doivent être encore plus attentifs en cas de pic de pollution. L’Agence de Santé Publique recommande de suivre impérativement son traitement ou consulter son médecin en cas de symptômes.