Actualité
4 avril 2018
Mobilité et transports
Evaluation de la qualité de l’air
Atmo Nouvelle-Aquitaine

Paquebots : une campagne de mesure lancée à Bordeaux pour connaître leur impact sur la pollution de l'air

header_paquebotcbernardtrocheport.png
Partager :

Depuis quelques années, Bordeaux accueille des navires qui accostent au port de la Lune. Cette activité suscite des interrogations chez les riverains, les élus et les gestionnaires bordelais quant à son impact sur l’environnement.
Pour répondre à ces questions, Atmo Nouvelle-Aquitaine démarre le 5 avril, en collaboration avec Bordeaux Métropole et la Ville de Bordeaux, une vaste campagne de mesure pour connaître l’influence spécifique de ces navires sur la qualité de l’air.

Cette étude présente deux objectifs principaux :

  • étudier l’impact à quai des croisières maritimes sur la qualité de l’air. Durant les deux mois de l’étude (5 avril au 1 juin), treize croisières maritimes sont attendues, permettant une éva-luation représentative de l’activité.

  • dresser un état initial de la pollution générée par les croisières flu-viales avant l’électrification de trois pontons fluviaux situés rive gauche.

Afin d’établir un état des lieux le plus complet possible, le dispositif déployé par Atmo Nouvelle-Aquitaine va s’appuyer sur deux techniques de mesures complémentaires :

#1/ Une station de mesure mobile

Installée sur les quais, rive gauche (en face de l’allée Bristol), cette cabine mesurera 24h/24, les niveaux de trois polluants réglementés à enjeux sanitaires et environnementaux : les particules en suspension (PM10), les oxydes d’azote (NOx), et le dioxyde de soufre (SO2).

#2/ Une cartographie par échantillonneurs passifs

En parallèle, douze points de prélèvements par échantillonneurs passifs mesurant les concentrations hebdomadaires de dioxyde d’azote (NO2) et de dioxyde de soufre (SO2) seront répartis autour du port maritime (quais des paquebots et des navires fluviaux) afin de réaliser une cartographie spatiale des niveaux relevés.
En complément de la cabine mobile et des échantillonneurs passifs une expérimentation de mesures avec trois micro-capteurs fixes viendra compléter le dispositif pour suivre en continu les niveaux de NO2 et PM10.

Les résultats seront disponibles sur le site d'Atmo en septembre 2018, rubrique "publications".