Actualité
20 octobre 2021
Industrie
Odeurs

Odeurs/nuisances sur le bassin de Lacq : quel bilan en 2020 ?

Observatoire des odeurs à Lacq
Partager :

Suite à la survenue d’odeurs inhabituelles et irritantes à l’été 2015 sur la zone industrielle de Lacq, un observatoire des odeurs a été mis en place en collaboration avec l'ASL Induslacq, la communauté de communes de Lacq-Orthez et la DREAL Nouvelle-Aquitaine. Ce suivi permet, année après année, d'apprécier l'évolution des nuisances olfactives sur ce territoire. Cela permet également d'apporter de l'information au quotidien aux différents partenaires dans le but d'améliorer le cadre de vie des riverains et du personnel de la plateforme industrielle. Atmo Nouvelle-Aquitaine vient de publier le bilan 2020 de cet observatoire.

Quels résultats pour 2020 ?

Le bilan de l’année 2020 met en évidence la charge odorante significative du bassin de Lacq, avec 1 033 signalements déclarés par les nez et 488 déclarés par les riverains. 

Localisation des signalements d'odeurs en 2020 - Plateforme industrielle Induslacq

Le profil odorant, sur la base des référents du Langage des nez®, montre une domination des notes soufrées et pyrogénées ce qui est à mettre en lien avec les activités de la plateforme Induslacq principalement. Au sein des notes soufrées, une forte domination du DMS et du THT est constatée. Les notes soufrées représentent 44 % des signalements totaux. Les odeurs de pyrazine et de sulfurol représentent, quant à elles, 23 % des signalements totaux.

Pour les riverains, qui eux, décrivent leur environnement olfactif avec des évocations, on note une prédominance d’évocations qui peuvent s’apparenter à des notes soufrées. Ainsi, les évocations « gaz de ville », « égout / soufre / oeuf pourri » et « choux » représentent 34 % des signalements totaux. Les évocations « daube » et « pain / biscuit », quant à elles, représentent 17 % des signalements totaux. Les évocations « acide / piquant » représentent 17 % des signalements totaux. Comme pour les nez, la catégorie « Autre » a été très régulièrement utilisée, signe de la complexité à décrire les odeurs en mélange perçues sur le bassin.

Une analyse du positionnement des observateurs au moment de chaque signalement a été réalisée. Il en ressort que 87 % des signalements sont considérées « sous le vent » de la plateforme Induslacq. Enfin, notons que certaines journées ont fait l’objet d’un nombre accru de signalements (a minima 12) de la part des nez et des riverains. Ces journées sont analysées chaque semaine par les industriels de la plateforme afin de déterminer les sources de ces nuisances olfactives.

A quoi sert cet observatoire des odeurs ?

L'observatoire des odeurs d'Induslacq a pour objectif :

  • d'avoir une meilleure connaissance olfactive de ce territoire ;

  • de suivre, années après années, l'évolution de la situation odorante du bassin de Lacq ;

  • d'alerter les industriels en cas d'odeurs inhabituelles afin de rechercher les éventuels dysfonctionnements à l'origine des nuisances perçues à l'extérieur ;

  • d'apporter une information pertinente et précise aux industriels afin de cibler les sources odorantes sur la plate-forme et d'engager des plans d'actions visant à réduire ces nuisances ;

  • d'améliorer le cadre de vie des riverains mais également des salariés des entreprises ;

  • d'être le lieu d'échanges entre les différents parties prenantes (riverains, industriels, services de l'État, élus, etc) afin de construire l'avenir du bassin de Lacq.

Les détections des odeurs par des appareils de mesure ont comme limites les seuils de détection qui peuvent être 100 à 1 000 fois plus faibles que la perception sensorielle d’un individu.

Comment fonctionne l’observatoire des odeurs d'Induslacq ?

Qu'est-ce que le langage des nez ?

L’observatoire des odeurs est composé de deux jurys de nez : les nez riverains (bénévoles, volontaires, habitant aux alentours de la plate-forme) et les nez industriels (travaillant dans les différentes entreprises). Ils ont eu accès à une formation complète au Langage des nez® et des révisions sont assurées par Atmo Nouvelle-Aquitaine tous les mois. Ils ont ainsi appris à reconnaitre spécifiquement un référentiel de molécules et à graduer l’intensité à laquelle elles sont perçues.

Le travail des nez riverains et industriels consiste à détecter au quotidien des odeurs, notamment inhabituelles, et de les signaler grâce à l'outil de déclaration ODO pro.

Les riverains, non formés à la reconnaissance des odeurs, de la plate-forme peuvent également caractériser leurs signalements d'odeurs et/ou de nuisances auprès des industriels grâce à l'outil ODO public. Ces signalements viennent étoffer les signalements des nez.

ODO public, tout comme ODO pro, permet, en moins d’une minute, de renseigner un signalement d’odeurs et/ou de nuisances. Le mode opératoire de cet outil est à disposition ici :

Atmo Nouvelle-Aquitaine anime l’observatoire des odeurs autour du bassin de Lacq et met à disposition un outil de déclaration des odeurs (ODO pro et ODO public). Atmo Nouvelle-Aquitaine réalise des bilans mensuels et annuels sur la surveillance des odeurs.