Actualité
28 mai 2021
Problèmes émergents / Attentes sociétales
Atmo Nouvelle-Aquitaine
Observatoire de la qualité de l’air

COVID-19 : le couvre-feu a-t-il eu un impact sur la qualité de l’air ?

Impact du second confinement
Partager :

Depuis 2020, nous avons pris l’habitude de vous montrer l’impact de la crise sanitaire sur la qualité de l’air. Vous avez pu suivre nos actualités tout au long de l’année, avec notamment des bilans post confinement. Aujourd’hui, en plus d’un point sur le 3e confinement, nous nous sommes intéressés aux mesures enregistrées lors du couvre-feu de 18h. Point sur la situation.

Un 3e confinement pas si différent du 2e

Le polluant le plus impacté par la Covid-19 est le dioxyde d’azote (NO2). Principalement émis par le trafic routier, c’est tout à fait normal que les concentrations mesurées lors du 1er confinement aient baissé puisque le trafic a été très largement diminué.  

Lors du 2e confinement, nous avons pu observer que l’impact n’était pas aussi important pour le NO2, avec des concentrations plus proches des moyennes habituelles.

Et ce 3e confinement ? D’après les courbes ci-dessous, on peut voir que l’impact a été beaucoup moins important que le 1er  confinement. Les concentrations restent dans les normales minimales, voir très légèrement en dessous.

 

Moyenne hebdomadaire des concentrations de NO2 enregistrées sur les stations de trafic en Nouvelle-Aquitaine

Moyenne hebdomadaire des concentrations de NO2 enregistrées sur les stations de trafic en Nouvelle-Aquitaine

 

Moyenne hebdomadaire des concentrations de NO2 enregistrées sur les stations de fond en Nouvelle-Aquitaine

Moyenne hebdomadaire des concentrations de NO2 enregistrées sur les stations de fond en Nouvelle-Aquitaine

Concernant les particules fines (PM2.5), les particules en suspension (PM10) et l’ozone (O3), comme lors des 2 premiers confinements, la crise sanitaire n’a pas eu d’impact aussi probant que pour le NO2.

Les pics que l’on peut observer pour les particules en suspension ont été causés par les poussières de sable du Sahara.

Moyenne hebdomadaire des concentrations de PM10 enregistrées sur les stations de trafic en Nouvelle-Aquitaine

Moyenne hebdomadaire des concentrations de PM10 enregistrées sur les stations de trafic en Nouvelle-Aquitaine

 

Moyenne hebdomadaire des concentrations de PM2.5 enregistrées sur les stations de trafic en Nouvelle-Aquitaine

Moyenne hebdomadaire des concentrations de PM2.5 enregistrées sur les stations de trafic en Nouvelle-Aquitaine

 

Moyenne hebdomadaire des concentrations de O3 enregistrées sur les stations de fond en Nouvelle-Aquitaine

Moyenne hebdomadaire des concentrations de O3 enregistrées sur les stations de fond en Nouvelle-Aquitaine

L’impact du couvre-feu sur la qualité de l’air

Nous vous proposons un zoom sur le couvre-feu le plus restrictif, celui de 18h, mis en place entre le 16 janvier et le 19 mars.

Comme vous pouvez le constater dans le graphique ci-dessous, les mesures enregistrées en 2021, pendant la période du couvre-feu (courbe violette) sont en dessous des concentrations moyennes habituellement enregistrées (courbe bleu) avant la crise sanitaire. Elles sont équivalentes à celles mesurées en 2020 (courbe jaune), et évoluent de la même façon sur une partie de la journée.

Moyenne horaire des concentrations de NO2 enregistrées sur les stations de trafic en Nouvelle-Aquitaine

Moyenne horaire des concentrations de NO2 enregistrées sur les stations de trafic en Nouvelle-Aquitaine

À partir de 18h, on observe la baisse plus rapide des concentrations en NO2. Le pic de concentration du soir, habituellement observée à 20h, est avancé de deux heures. L’impact du couvre-feu est particulièrement visible comparée aux mesures de l’année précédente, en jaune.