Partager :

Comment concilier déconfinement et préservation de la qualité de l’air ? C'est la question à laquelle Atmo France et les observatoires de la qualité de l'air de chaque région ont cherché à répondre. En effet, à partir de la semaine prochaine le déconfinement pourrait être source de pollution supplémentaire.

Les bénéfices des mobilités actives

  • Il est possible de concilier déconfinement et préservation de la qualité de l’air grâce, entre autres, aux mobilités actives (marche à pied, vélo, trottinette) :
    • Les mobilités actives facilitent la distanciation physique, et donc la préservation de sa santé et de celles des autres dans le contexte du Covid-19,
    • Marcher, faire du vélo, de la trottinette est bon pour la santé car cela permet de faire régulièrement des efforts physiques,
    • Ces déplacements coûtent moins cher que la voiture,
    • Ces modes de déplacement sont bénéfiques pour la qualité de l’air, contrairement aux modes de déplacements individuels motorisés (voiture, scooters...) ;
  • Contrairement aux idées reçues, les cyclistes et les piétons sont moins exposés à la pollution de l’air que les automobilistes dans l’habitacle de leur voiture,
Conseils pour rouler au bon air en vélo :
• Préférer les pistes cyclables séparées de la voie de circulation ;
• Se placer devant les voitures au feu rouge ;
• Éviter les axes fréquentés ;
• Adopter un rythme modéré ;
• Garder une certaine distance quand vous suivez un bus.

Baisse de la pollution de l'air par le dioxyde d'azote pendant le confinement

Le confinement dû au Covid-19 a eu un impact positif sur la qualité de l’air grâce à la diminution du trafic routier : à l'échelle de toute la Nouvelle-Aquitaine, la pollution par le dioxyde d'azote a diminué de moitié sur les sept premières semaines de confinement.

En mars et avril 2020, Atmo Nouvelle-Aquitaine a enregistré une baisse des niveaux de dioxyde d'azote
(
polluant traceur de la pollution routière) partout dans la région :

Graphique NO2 : profil de la pollution au cours de l'année

Pollution de l’air et santé sont étroitement liées

  • Deux études récentes de l’université d’Harvard et de l’université Martin-Luther University Halle-Wittenberg montrent que l’exposition à la pollution de l’air pourrait accroître les risques de décès chez les personnes qui contractent le Covid-19. Or le trafic routier étant une source importante d’émission de polluants atmosphériques, si les usagers utilisent davantage leurs voitures pour respecter la distanciation physique, cela présente un risque de favoriser le Covid-19,
  • La pollution de l’air provoque chaque année le décès prématuré de 48 000 personnes en France (source : Santé Publique France),
  • En juillet 2015, une commission d’enquête du Sénat a estimé a minima le coût non-sanitaire de la pollution atmosphérique à 4 milliards d’euros par an et le coût sanitaire, entre 68 et 97 milliards d’euros par an,
  • Le Centre for Research on Energy and Clean Air a calculé que le confinement contre le Covid-19 aurait permis d’épargner 11 000 vies en Europe grâce à la baisse importante de la pollution de l’air en Europe.

La qualité de l’air est un enjeu transversal. A la croisée des enjeux sanitaires, environnementaux, économiques et juridiques, ce sujet doit rester une préoccupation permanente pour « le monde d’après ». Retrouvez plus d'informations à ce sujet dans le communiqué d'Atmo France.

Les collectivités de la région s'organisent :
Bayonne : des mesures et initiatives pour favoriser les déplacements alternatifs que sont la marche et le vélo, comme la mise en place de pistes cyclables provisoires, seront présentées dans les prochains jours,
Bordeaux : Bordeaux Métropole et la Ville souhaitent encourager la pratique du vélo et de la marche à pied dès la sortie du confinement. La possibilité de doubler les principales lignes de transport en commun par des aménagements cyclables provisoires et capacitaires est à l'étude,
• La Rochelle : l'aménagement d'axes transitoires majeurs, plus sécurisés, l'élargissement des bandes cyclables, des séparateurs sont envisagés. Des aménagements provisoires sécurisés devraient être testés avec la population. De nouvelles mesures financières pourraient inciter à la pratique du vélo  : location des vélos électriques au tarif des vélos mécaniques...
Poitiers : il est prévu l'augmentation du nombre de bus en circulation, des pistes cyclables provisoires pour développer l'usage du vélo et des marquages aux sols aux abords des commerces et écoles.
Informations susceptibles d'évoluer, récoltées le 6 mai sur les sites Web des principales collectivités de la région et dans les médias locaux.