Actualité
19 février 2019
Observatoire de la qualité de l’air

Bilan 2018 de la qualité de l'air en Nouvelle-Aquitaine

Bilan 2018 de la qualité de l'air en Nouvelle-Aquitaine
Partager :

Valeurs réglementaires respectées ou seuils dépassés, nous vous proposons un bilan de 5 polluants réglementés surveillés par Atmo Nouvelle-Aquitaine, votre observatoire régional de l’air. Découvrez les résultats des 12 départements de la Région.

Contexte

À la maison, en ville, à la campagne, sur la route… Chaque citoyen est quotidiennement exposé à la pollution atmosphérique. Dans la région, elle représenterait 3500 décès prématurés par an (Santé Publique France). Petit à petit, les enjeux sanitaires, environnementaux et financiers de la qualité de l’air sont intégrés par les collectivités, le monde économique (industrie, agriculture…) ou les citoyens et permettent d’améliorer l’air que nous respirons.

Pour cela, Atmo Nouvelle-Aquitaine fournit, entre autres et tout au long de l’année, des données sur les polluants réglementés suivants :

  • le dioxyde d’azote (NO2) : majoritairement issu du trafic routier
  • les particules en suspension et fines (PM10 & PM2,5) : sources d’émission variées (chauffage au bois, trafic
  • routier et industries)
  • le dioxyde de soufre (SO2) : issu principalement de l’activité industrielle
  • l’ozone (O3) : étant un polluant secondaire, il résulte de la transformation de polluants primaires - le dioxyde d’azote et les composés organiques volatils - sous l’effet des rayonnements ultra-violets

D’autres polluants font partie de la surveillance d’Atmo Nouvelle-Aquitaine. Ils seront détaillés dans le bilan complet de la qualité de l’air, qui sera disponible d’ici l’été 2019. En attendant, voici un résumé des principaux polluants nécessitant une surveillance particulière dans la Région, sur l’année 2018. 

Une évolution positive mais à surveiller

Pour caractériser la qualité de l’air, il faut distinguer 2 types d’exposition aux polluants atmosphériques : chronique, celle à laquelle nous sommes quotidiennement exposés et aigüe où l’exposition arrive lors d’un pic de pollution.

Exposition chronique

Sur les 5 polluants, 1 seul a dépassé les seuils réglementaires dans les Deux-Sèvres (voir schéma ci-dessous). Il existe 4 types de seuils définis par la réglementation :

  • Valeur limite : valeur à ne pas dépasser pour prévenir ou réduire les effets nocifs sur la santé / l’environnement
  • Valeur critique : impacts majeurs pour la santé et l’environnement si dépassée
  • Valeur cible : valeur à ne pas dépasser à un horizon donné (ex : 2025), dans la mesure du possible
  • Objectif de qualité : valeur à ne pas dépasser à long terme, dans la mesure du possible

Il existe également des valeurs guides définies par l’Organisation Mondiale de la Santé, qui n’ont aucun caractère réglementaire. Il s’agit de recommandations faites par l’OMS pour limiter l’impact des polluants sur la santé. 

Exposition chronique aux polluants réglementés en Nouvelle-Aquitaine en 2018

Alors que la valeur limite est respectée pour le dioxyde d’azote, celle-ci reste très proche de la limite à ne pas dépasser (40 µg/m3 en moyenne annuelle).

Exposition aigüe

L’exposition aigüe, elle, comprend 2 niveaux :

  • Seuil d’information & de recommandations : l’exposition de courte durée présente un risque pour la santé des personnes sensibles et/ou vulnérables (mesures d'informations auprès de ces individus et recommandations pour réduire les émissions)
  • Seuil d’alerte : l’exposition de courte durée présente un risque pour la santé de tous ou de dégradation de l'environnement (mesures d'urgence requises)
Exposition aiguë aux polluants réglementés en Nouvelle-Aquitaine en 2018

Indice de la qualité de l’air

Indice de la qualité de l'air 2018 en Nouvelle-Aquitaine

Cet indice de qualité permet de mesurer précisément l’air des agglomérations de la région. Pour cela, on lui attribue une note de 0 (très bon) à 100 (très mauvais). Les polluants concernés par cet indice sont : le dioxyde d’azote (NO2), l’ozone (O3), le dioxyde de soufre (SO2) et les particules en suspension (PM10).

En Nouvelle-Aquitaine, l’indice de qualité a eu une moyenne plutôt très bonne à bonne sur l’année 2018 plus de 8 jours sur 10.