Mesures de qualité de l’air en proximité trafic sur la commune de Saint-Julien-L’Ars (Vienne)

Partager :
Etudes
13 mars 2017

Cette étude a permis de rendre compte des niveaux observés sur la zone de transit en proximité trafic à Saint-Julien-L’ars sur l’année 2016 en les comparant à la réglementation en vigueur mais également en comparaison les résultats avec ceux des stations de mesures de Poitiers, Angoulême et Niort.

Au niveau des polluants étudiés, il ressort les éléments suivants :

  • Pour le dioxyde d’azote, les niveaux sont supérieurs aux niveaux de fond périurbain de Poitiers de l’ordre de 7 μg/m3 environ en moyenne annuelle ce qui montre qu’il existe un impact du trafic routier sur l’axe D951 de Saint-Julien-L’ars. Cet impact reste toutefois faible en comparaison des niveaux observés sur les stations trafic d’Angoulême, Niort et Poitiers puisque l’écart est de 16 μg/m3 environ entre la station de Saint-Julien-L’ars et les stations citées. De plus, toutes les valeurs fixées par la réglementation sont respectées à la fois pour la valeur limite sur la pollution chronique mais également pour la valeur limite sur la pollution aiguë.
  • Pour les particules en suspension PM10, la même observation est faite, avec des niveaux situés entre ceux de la station périurbaine de Poitiers et ceux des stations trafic d’Angoulême, Niort et Poitiers, tout en respectant la valeur limite portant sur la pollution chronique fixée à 40 μg/m3 en moyenne annuelle. De la même manière, la station respecte la valeur limite sur la pollution aiguë puisque seulement quatre valeurs journalières se situent au-dessus de la valeur fixée à 50 μg/m3 à ne pas dépasser plus de 35 jours par an.
  • Pour le benzène C6H6, la moyenne indicative 2016 égale à 0.97 μg/m3 reste sous la valeur limite fixée à 5.0 μg/m3 en moyenne annuelle, respectant ainsi la valeur limite portant sur la pollution chronique. En comparant avec les autres sites « trafic » situés à Angoulême, Niort et Poitiers, les niveaux de Saint-Julien-L’ars sont 15 à 45% plus faibles environ par rapport à ces stations de même typologie.

En synthèse, il ressort de cette étude que, sur la zone investiguée, l’ensemble des valeurs réglementaires sont respectées. La station trafic installée sur la D951 a permis de montrer un impact du trafic de transit sur la zone, qui reste toutefois minime au regard des niveaux observés par rapport aux limites fixées par la réglementation vis-à-vis de la santé humaine.