Réagir lors d'épisode de pollution

Nuages vus du ciel
Partager :

Sur les territoires de l'ex-Aquitaine et de l'ex-Poitou-Charentes

En cas de dispositif préfectoral d'alerte, le préfecture concernée diffuse des messages d'informations / recommandations ou d'alerte à plusieurs relais :

  • Collectivités et EPCI : conseil régional, conseils départementaux, maires, communes, communautés d’agglomération et de communes, services départementaux d'incendie et de secours (SDIS), centres opérationnels départementaux d'incendie et de secours (CODIS),
  • Services de l'Etat : centre opérationnel de zone (COZ) Sud-Ouest, agence régionale de santé (ARS) (CVAGS), direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL), direction régionale de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DRAAF), directions départementales des territoires (DDT), directions des services départementaux de l’éducation nationale (DSDEN), directions départementales de la cohésion sociale (DDCS), directions départementales de la protection des populations (DDPP), directions départementales de la sécurité publique (DDSP), groupements de gendarmerie, service régional et départemental de la communication interministérielle des préfectures, sous-préfectures,
  • Secteur des transports : centre régional d'information et de coordination routières (CRICR) Sud-Ouest, aéroports, direction interrégionale des routes Atlantique (DIRA), direction interrégionale des routes Centre Ouest (DIRCO), ASF, COFIROUTE,
  • Chambres consulaires : chambres d’agriculture, chambres de commerce et de l’industrie, chambres des métiers,
  • Autres relais : Météo-France, Atmo, ADEME.

Ces destinataires doivent s’organiser pour communiquer les informations, les recommandations sanitaires et comportementales et les restrictions éventuelles à leur personnel et à un maximum de personnes et d’entités dans leur champ de compétence en utilisant tous les moyens dont ils disposent : télécopie, courriel, SMS, panneaux à messages variables, affichage... Le rôle, a minima, de certains destinataires est précisé dans le tableau suivant :

  • DREAL : les services de la DREAL sont chargés d’informer les principaux émetteurs industriels concernés par l’épisode de pollution et de leur communiquer les recommandations et/ou les mesures réglementaires décidées par le préfet. À cet effet, ils disposent d’une liste régulièrement mise à jour des installations classées concernées. La DREAL est organisée pour assurer une astreinte les week-end et jours fériés ;
  • ARS : l’ARS est chargée d’informer, sous sa responsabilité, les établissements relevant de son champ de compétence et de leur communiquer les recommandations et/ou les mesures réglementaires décidées par le préfet. Elle est organisée pour assurer une astreinte les week-end et jours fériés ;
  • DSDEN : la DSDEN est chargée d’informer l’ensemble des établissements d’enseignement et de leur communiquer les recommandations et/ou les mesures réglementaires décidées par le Préfet. Elle est organisée pour assurer une astreinte les week-end et jours fériés ;
  • DRAAF : la DRAAF est chargée d’informer les établissements publics et privés d’enseignement et de formation professionnelle agricole ainsi que les opérateurs collecteurs-stockeurs de céréales des recommandations et/ou des mesures réglementaires décidées par le Préfet ;
  • Collectivités : les collectivités s’organisent pour informer au mieux les populations de leur territoire : panneaux d’affichage, site internet... et leur communiquer les recommandations et/ou les mesures réglementaires décidées par le préfet.
  • Chambres consulaires : les chambres consulaires s’organisent pour informer au mieux leurs adhérents ;
  • Services régional et départemental de la Communication Interministérielle des préfectures : le service de la communication interministérielle de la préfecture est chargé d’informer les médias locaux (presse, radio, télévision, …) du déclenchement des procédures en cas d’épisode de pollution et de leur communiquer les recommandations et/ou les mesures réglementaires décidées par le préfet.

Sur le territoire de l'ex-Limousin

En période transitoire, avant une harmonisation et une mise en œuvre de nouveaux arrêtés préfectoraux, les procédures sur l'ex-Limousin sont basées sur une communication effectuée directement par l'AASQA vers une très large majorité des destinataires évoqués ci-dessus et vers les médias. Le préfet peut reprendre à tout moment l'initiative de la communication.