Mon jardin

jardin_header.png
Partager :

Sans nous en rendre vraiment compte, il peut arriver que nous utilisions des produits nocifs pour la qualité de l'air lorsque nous nous occupons de notre jardin. Une vigilance est donc nécessaire et la mise en place de bonnes pratiques recommandée pour devenir un éco-citoyen jusque dans nos jardins ! 

Jardiner sans polluer, c'est possible ! 

Bien que vous les arrachiez régulièrement, les mauvaises herbes reviennent sans cesse envahir le rendu décoratif que vous avez mis temps de temps à élaborer. Ne vous laissez pas tenter par la facilité des désherbants chimiques : l’herbicide, plus particulièrement le glyphosate, présente des dangers pour les petits habitants des lieux : les animaux domestiques, les insectes et les micro-organismes qui vivent dans votre jardin. Et cela sans parler des conséquences sur votre propre santé, de la pollution de l’environnement, des effets néfastes sur le sol et des nappes souterraines.

D'ailleurs, le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) rattaché à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé le 20 mars 2015, que cette substance était classée dans la catégorie 2A, c’est-à-dire "cancérogènes probables". Bref à proscrire !

Et est facile de s’en débarrasser avec les nombreux produits chimiques, mais respect de l’environnement oblige, à tous ceux qui préfèrent les remèdes naturels sachez qu’ils existent et qu’ils sont efficaces !

Bannissez les désherbants chimiques, place au bio !

Les produits destinés à lutter contre les herbes indésirables, les animaux ravageurs et les maladies dues à des champignons, des bactéries ou des virus sont classés dans les pesticides, mais en appliquant quelques bons gestes, vous pourrez vous en passer :  

  • substituez les avec des produits naturels pour traiter les puces, les moustiques, les poux…
  • n'arrosez pas trop les plantes pour éviter les champignons et les maladies
  • utilisez des plantes couvre-sol ou des feutres horticoles contre les mauvaises herbes,…
  • piallez pour éviter la prolifération de mauvaises herbes
  • faîtes votre compost
  • apportez vos déchets végétaux (déchets verts) en déchetterie ourecyclez les pour votre jardin
  • choisissez les produits les plus écologiques pour jardiner (avel label). 
Créez vos désherbants 100% naturel 
Le vinaigre blanc, produit domestique très courant, fait des merveilles sur les adventices, particulièrement les plus résistantes et récalcitrantes. Toutefois, du fait de sa grande acidité, le vinaigre peut influencer la fertilité du sol, il faut le diluer dans de l’eau salée. Plus précisément, la recette et le dosage idéal sont :
- cinq litres d’eau,
- un kilo de sel iodé,
- 200 ml de vinaigre blanc.
Arrosez de ce mélange les mauvaises herbes, laissez agir et lorsque la végétation commencera à jaunir et à faner, il vous suffira de l'arracher.
D'aucuns opposeront ici que le sel, même s'il est naturel, stérilise le sol. C'est vrai, mais pas si vous l'utilisez avec parcimonie sur des petites surfaces, par temps chaud (la pluie risquant de le faire ruisseler plus loin).

Favorisez les engrais et les répulsifs naturels

Les produits naturels sont de plus en plus plebiscités pour le bien-être de votre jardin. Outre le compost, les engrais organiques et minéraux ont également beaucoup à apporter…

N'oubliez pas les recettes de Grand-Mére !
Le marc de café, versé au pied de la plante il permettra d'éloigner les mouches et les vers qui ne supportent pas son odeur ; la peau de banane, qui, enterrée aux pieds des plantes enrichira la terre ; les cendres de bois qui sont très concentrées en apports nutritifs donc très efficaces pour la croissance et qui font fuir les limaces et escargots ; les coquilles d'oeuf, riches en calcium, qui, une fois séchées et broyées  favoriseront la croissance de vos plantes ; enfin, l'eau de cuisson de pomme de terre, riche en vitamines, sels minéraux et autres apports nutritifs profitera également à vos plantes. 

Ne brûlez pas vos déchets verts dans le jardin : c'est interdit !

Un particulier n'a pas le droit de brûler ses déchets ménagers à l'air libre, c'est passible d'une amende de 450€.  Les déchets dits "verts" produits sont considérés comme des déchets ménagers, il est notamment interdit de brûler dans son jardin :

  • l'herbe issue de la tonte de pelouse,

  • les feuilles mortes,

  • les résidus d'élagage,

  • les résidus de taille de haies et arbustes,

  • les résidus de débroussaillage,

  • les épluchures.

Les déchets verts doivent être déposés en déchetterie ou dans le cadre de la collecte sélective organisée par la commune. Vous pouvez également en faire un compost individuel .

Au-delà des nuisances possibles avec le voisinage et des risques d'incendies, cette interdiction vise à protéger la population de la pollution engendrés par cette combustion. En effet, le brûlage de déchets, mêmes naturels, entraîne l'émission en grandes quantités de polluants tels que les particules classées classées cancérigènes certain par le CIRC en 2013, et d'autres gaz toxiques et cancérigènes.

Brûler 50 kg de déchets verts émets autant de particules que 
9 800 km parcourus par une voiture diesel récente en circulation urbaine, 37 900 km pour une voiture essence (source Lig’air).

 

Allergiques : choisissez bien vos végétaux !

Les végétaux émettent de spollens qui peuvent avoir un effet nefaste sur la santé, surtout celle des plus sensibles. Si vous êtes allergique, reconnaissez et évitez les végétaux à forte production de pollens :

  • les cyprès (très agressifs par leur quantité dans le sud de la France),
  • le noisetier,
  • l’aulne, le saule,
  • le frêne, le bouleau,
  • les graminées des pelouses.
Atmo Nouvelle-Aquitaine vous informe sur les pollens !
Atmo Nouvelle-Aquitaine surveille les pollens présents dans l’air depuis 1999, permettant ainsi d’informer chaque semaine sur les risques allergo-polliniques en cours.
Le suivi des pollens présents dans l’air poursuit plusieurs objectifs opérationnels :
- limiter l’impact des allergies aux pollens,
- apporter des connaissances aux professionnels de la santé (médecins généralistes, allergologues, pneumologues, ORL, pédiatres, pharmaciens...) et aux personnes allergiques, sur le calendrier d’apparition des pollens dans l’atmosphère au cours de l’année,
- permettre aux médecins d’affiner leurs diagnostics,
- permettre aux personnes atteintes de pollinoses d’anticiper et d’ajuster leur traitement enlien avec les professionnels de santé,
- participer à la lutte contre le développement de l’ambroisie en région.
Pour être informé chaque semaine  sur les risques polliniques près de chez vous, abonnez vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire : JE M'ABONNE A LA NEWSLETTER POLLENS.
12 sites de prélèvement de pollens en Nouvelle-Aquitaine